©Maison des ventes de Baecque & associés
©Maison des ventes de Baecque & associés

Lyon : le chapeau de Napoléon sera mis aux enchères lundi

Avis aux amateurs d’histoire au porte-monnaie garni, le couvre-chef perdu par Napoléon à la bataille de Waterloo sera mis aux enchères lundi. Son prix est estimé entre 30 000 et 40 000 euros.

C’est un morceau d’histoire qui sera mis aux enchères ce lundi 18 juin à Lyon par la maison de vente De Baecque : le chapeau porté par Napoléon lors de la débâcle de Waterloo en 1815, rien de moins. Le couvre-chef aurait été retrouvé par le baron Arnoud Jacques van Zuijlen, un capitaine des dragons hollandais après la bataille désastreuse pour les forces française. “Les affaires de l’empereur étaient généralement stockées dans une ferme sur le champ de bataille. Elle a été dévalisée par les militaires ennemis des Français. Ce capitaine s’est servi et l’a ensuite transmis à ses héritiers, explique Etienne de Baecque, le commissaire-priseur, il s’agit d’un couvre-chef rarissime : 19 chapeaux sur les 120 portés par Napoléon ont été répertoriés selon les spécialistes.

Mais sait-on vraiment si l’empereur avait vraiment porté le chapeau en feutre ? “On ne saura jamais si cet homme racontait la vérité. Il y a toujours une part de rêve. Mais l’objet présente toutes les caractéristiques du chapeau impérial, avoue le commissaire-priseur, bien qu’il soit certain de sa prise. C’est un modèle plus solide. L’empereur avait fait modifier ses couvre-chefs en renforçant la partie supérieure de l’aide de l’intérieur pour les attraper plus facilement. Et en enlevant la doublure qu’il ne supportait pas. Il y était allergique. Le tour intérieur de tête correspond à ceux des modèles qu’il portait.

Le fameux couvre-chef avait déjà été présenté en juin 1987, à l’occasion de l’exposition internationale de Bruxelles. Il sera d’ailleurs mis en vente avec la boîte dans laquelle il avait été présenté à l’époque, ainsi qu’accompagné des lettres faisant état des changements successifs de propriétaires. L’objet devrait être revendu pour une somme estimée entre 30 000 et 40 000 euros selon Etienne de Baecque.

à lire également
Coordinateur du projet Transenvir, Stéphane Frioux et son équipe vont prochainement mettre en ligne un site consacré à l'histoire des politiques de transition environnementale face aux risques environnementaux dans l'agglomération lyonnaise. Entretien avec ce maître de conférences à l'université Lyon 2 et chercheur au laboratoire Larhra. Lyon Capitale : Après la démission de Nicolas Hulot du […]
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut