David Kimelfeld
© tim Douet

Lyon : la Métropole s'engage à ne plus financer les énergies fossiles

Reçus ce vendredi par David Kimelfeld, les organisateurs de la marche pour le climat à Lyon ont de bonnes nouvelles pour l'environnement. Le président de la Métropole s'associe au vœu de sortie des énergies fossiles des investissements de la collectivité et a demandé la participation de citoyens à l'écriture du Plan Climat Energie Territorial 2020-2030 afin "d'aller plus loin face à l'accélération du changement climatique".

Les organisateurs de la marche pour le climat à Lyon sont venus avec des demandes concrètes sur la table. Ils n'ont pas été déçus. L'une des mesures phares, "pas un euro de plus pour les énergies fossiles", a été entendu. Un vœu qui ne devrait pas en rester au stade de la déclaration d'intention à en croire le discours tenu aux différents représentants par le président de la Métropole, David Kimelfeld. Mais avant, un bilan doit être fait pour savoir à quel point les financements de la Métropole sont liés aux énergies fossiles. En clair, le président de la Métropole s'est engagé à faire un travail permettant d'en prendre la mesure avant de passer à un vote. La Métropole ne finance pas directement les énergies fossiles, mais peut détenir des actions qui y sont liées dans le cadre de ses investissements.

Aller plus loin sur le plan Climat 2020-2030

Si les représentants ont regretté que le plan Oxygène ne soit plus ambitieux et plus contraignant au regard des enjeux de pollution de l'air, pas question d'y toucher pour l'heure. En revanche, le président de la Métropole a pris une autre initiative. "Spontanément, il a dit qu'il souhaitait que les citoyens participent à l'écriture du Plan Climat Energie Territorial 2020-2030", témoigne le représentant de la Coalition Climat Rhône.  Une demande particulièrement bien accueillie par Bruno Charles, le vice-président en charge du développement durable. La rédaction d'un plan  "plus ambitieux pour aller plus loin face à l'accélération du changement climatique" a été convenue, notamment pour dessiner la trajectoire de réduction des émissions de CO2.

à lire également
Ce matin, le collectif "Construisons la Métropole pour demain" s’est réuni pour présenter leur projet. Ces 65 élus locaux, issus de 38 communes ou arrondissements, veulent faire appel aux citoyens pour proposer des solutions pour l’avenir. Pour l’heure, ils évoquent à demi-mot une possible présentation de liste aux élections municipales et métropolitaines de 2020. "Nous […]
1 commentaire
  1. Abolition_de_la_monnaie - 17 septembre 2018

    Quelle hypocrisie... La métropole pouvait faire en sorte que tous les nouveaux permis de construire soient aux normes passives, ceci depuis presque 2 décennies, et ils ne l'ont pas fait et ne le font toujours pas.
    .
    Les poubelles dans les parcs et la ville ne sont toujours pas équipées pour le tri.
    .
    La ville construit toujours plus en béton malgré la propagande lorsqu'un bâtiment est fait en bois, ce qui augmentera encore les températures à l'avenir.
    .
    La journée sans voiture est toujours interdite depuis des années dans la ville de Lyon !
    .
    On ne peut plus se contenter de demie-mesures : le gaspillage de ressources et d'énergie est causé sur Lyon par les déplacements pendulaires. Que fait la métropole pour lutter contre ça ? Elle fait l'inverse avec la concentration des activités sur Lyon (investissements à La part-dieu par exemple).
    .
    A la limite immédiate de Lyon, au Puisoz, la bétonnisation de champs agricole a été votée par la métropole et est "en marche". (vous pouvez aller vérifier).

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut