Lyon : la crue de la Saône continue, contrairement à celle du Rhône

Même si de fortes précipitations ne sont pas prévues ce week-end, le niveau des deux fleuves nécessite toujours d'être vigilant selon Vigicrues.

La Saône reste à un niveau inhabituellement haut. En seulement une journée ce vendredi, le niveau du fleuve est monté de 25 cm au nord de Lyon, atteignant 6.58 m à la station Vigricrues du pont de Couzon-au-Mont d'or. Une montée des eaux qui se répercute logiquement dans le centre-ville de Lyon, où le niveau de la Saône au pont de la Feuillée a atteint 4.30 mètres cette semaine, soit son niveau le plus haut depuis la forte crue survenue en 2001. Vendredi soir, le niveau avait légèrement baissé, mais restait tout de même au-dessus de 4 mètres. La crue pourrait se poursuivre encore quelques jours selon Vigicrues, qui précise que l'alerte jaune* est toujours activée concernant les deux fleuves qui traversent Lyon. En parallèle, tout le département a été placé en vigilance jaune "inondation" par Météo France. Une situation qui a conduit les Archives municipales de Lyon a déplacé leurs documents en sous-sols cette semaine.

Côté Rhône, la décrue se poursuit

Entamée mercredi, la décrue du Rhône se poursuit doucement. Tandis que le fleuve est monté à 3.37 m au niveau de la station Vigicrues du Pont Morand dans le 6e arrondissement, son niveau est descendu en dessous de 2 mètres de vendredi soir. Les péniches impactées par la montée des eaux et qui accueillent du public devraient pouvoir ouvrir leurs portes ce week-end. Si le Rhône reste encore au-dessus de son niveau normal, Météo France ne prévoit pas de fortes précipitations à même de raviver les inquiétudes. Mercredi selon France Info, une vanne a été ouverte pour que l'eau se déverse en partie dans la plaine du Bouchage, en Isère. Une mesure pour protéger les 500 000 habitants de la la ville de Lyon qui a cependant mis en difficultés le millier d'habitants de hameaux de l'Isère.

*Risque de crue génératrice de débordements et de dommages localisés ou de montée rapide et dangereuse des eaux, nécessitant une vigilance particulière, notamment dans le cas des activités exposées et/ou saisonnières.
à lire également
Michel Mercier avec son successeur au conseil départemental, Christophe Guilloteau, lors d’un meeting en 2015 © Tim Douet
Michel Mercier aime les fusions. Celle du département et de la métropole lui a permis d’éviter de laisser le conseil général du Rhône en situation de banqueroute. Celle de Thizy avec cinq communes voisines a permis à son territoire électif de voir ses recettes bondir. Mais, passé l’effet d’aubaine, comme le pointe la chambre régionale des comptes, l’horizon s’obscurcit. Il dessine une forme de pyramide de Ponzi institutionnelle.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut