Tag « Lyon suffoque » sur le tunnel de la Croix-Rousse (©Greenpeace)

Lyon évite le pic de pollution grâce au vent

Les grandes variations actuelles de températures peuvent contribuer à l'apparition d'un pic de pollution à Lyon.

Cette semaine aurait été celle des extrêmes à Lyon. Les températures ont oscillé entre 20 degrés lundi au plus chaud de la journée, et - 3 ce vendredi matin. Ainsi, les variations thermiques sur une même journée vont continuer jusqu'à dimanche, avec des matinées fraîches et des après-midis doux. De fait, les conditions d'un pic de pollution sont réunies. Ce vendredi, la qualité de l'air s'est dégradée dans le bassin lyonnais.

De médiocre à bonne

En conséquence, Atmo-Auvergne-Rhone-Alpes attribue un indice de 61 pour ce 7 février, pour une qualité de l'air jugée "médiocre". "Avec des températures basses ce matin et de fréquentes inversions de températures, les concentrations restent encore élevées en cette fin de matinée", précise Atmo.

Néanmoins, la qualité de l'air va s'améliorer ces prochains jours grâce à l'arrivée d'un léger vent du sud qui va se faire de plus en plus fort. Dès lundi, on attend des rafales jusqu'à 60 km/h. Les grandes amplitudes thermiques devraient continuer la semaine prochaine, mais la pluie et le vent permettront à Lyon de respirer. La ville ne devrait pas subir de pic de pollution ces prochains jours. La qualité de l'air devrait être bonne au moins jusqu'à vendredi.

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut