Lyon et Rhône : ces collèges où personne ne veut aller

Le Gouvernement est revenu cette année sur l’assouplissement de la carte scolaire décidé par son prédécesseur. Ce qui n’a pas empêché de nombreux parents, à Lyon comme ailleurs, de demander une dérogation pour éviter leur collège de secteur à la rentrée. Comment réinstaurer l’égalité républicaine dans ce “marché de petits arrangements” ? Lyon Capitale interroge tous les acteurs, résultats au brevet à l’appui.

“La mixité est une richesse. Les établissements scolaires ne devraient jamais être des temples de l’entre-soi, des ghettos du déclassement social, ou de l’élite soi-disant méritante. Ni même des écoles de garçons, ou de filles. C’est à l’école que l’enfant s’invente un avenir, au contact de ses camarades, dont les parents peuvent avoir des activités tellement différentes des siens. Il n’y a qu’à l’école que l’on peut se forger des amis pour la vie qui seront tout aussi bien conducteur de métro, fonctionnaire régional, militaire, ingénieur ou avocat. Mais on a le droit d’être un fervent républicain, défenseur de l’école laïque, et de reconnaître que la mixité fonctionne mieux sur le plateau de la Croix-Rousse que dans les périphéries du 7e arrondissement.”

Ceci étant posé (par notre édito de septembre), comment empêcher les “établissements sensibles de se vider” de leurs meilleurs élèves (comme le déplore Jean-Louis Baglan, le directeur académique), comment faire en sorte que “l’ascenseur social fonctionne” (objectif de la principale du collège Grignard), bref comment mettre un terme à la guettoïsation dénoncée par l’adjoint aux affaires scolaires du 8e ?

La carte scolaire, son histoire, ses défenseurs et ses défauts, c’est l’enquête de Lyon Capitale-le mensuel de septembre.

Au sommaire :

– Ségrégation scolaire et marché de petits arrangements

La carte scolaire telle que la voient les pédagogues et telle que la pratiquent à chaque rentrée les parents (options, dérogations, fuite vers le privé…)

– La nouvelle ambition du collège Longchambon

Comment l’un des collèges les plus défavorisés du Rhône se bat pour retenir les élèves.

– “Il faut redécouper la carte scolaire”

Entretien avec Philippe Meirieu, spécialiste des sciences de l’éducation et de la pédagogie.

– Classement des collèges publics du Rhône

Tous les résultats au brevet de 2012.

---

Lyon Capitale n° 725 (septembre 2013) est en vente en kiosques depuis le 30 août, et dans notre boutique en ligne.

2 commentaires
  1. Ameclo - lun 2 Sep 13 à 10 h 04

    Redécouper la carte scolaire ? ... ça ne résoudra pas tout. Certaines options ne sont pas proposées dans le collège de secteur : si aucune dérogation n'est accordée, ça oblige les élèves à ne choisir que des options disponibles dans leur collège de secteur. Aucune possibilité de choisir d'autres options. Quand les collèges proposeront-ils toutes les options possibles ? Et la fuite des enseignants ? Le turn-over des profs dans ces mêmes collèges est énorme. Il faut aussi régler ce point là !

  2. Sophie_Lyon - lun 2 Sep 13 à 10 h 14

    Tout à fait d'accord ! le point noir se situe également sur le fonctionnement des équipes de profs, comment apporter de la cohérence dans une démarche pédagogique sur le long terme, lorsque les équipes sont bancales, des profs se partagent sur plusieurs collèges et ne connaissent même pas leurs collègues ? Voir juste pour info, l'ancienneté des profs dans les collèges de centre ville à comparer avec ceux des cités. Le ministère ne devrait plus autoriser ce pantouflage.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut