David Kimelfeld, président de la métropole de Lyon, a présenté les axes du plan de prévention et lutte contre la pauvreté. Ici, il est aux côtés de Marion Veziant-Rolland, directrice du Foyer Notre-Dame des Sans-Abris, et Murielle Laurent, vice-présidente à la métropole.

Lyon : avec le plan pauvreté, Kimelfeld confirme sa politique sociale

La métropole de Lyon fait partie des dix territoires retenus par l’Etat pour être "démonstrateurs" de prévention et de lutte contre la pauvreté. À l’occasion de la journée mondiale du refus de la misère, les déclinaisons locales de ce plan ont été présentées.

Le plan gouvernemental de prévention et lutte contre la pauvreté se décline dans un premier temps dans une dizaine de territoires "démonstrateurs". Ils sont les premiers à déployer la stratégie gouvernementale. La métropole de Lyon se veut le chef de file de cette expérimentation, qui sera étendue dès 2019 à tous les départements.

Ce mercredi 17 octobre, à la maison des solidarités du 2e arrondissement de Lyon, David Kimelfeld, président de la Métropole, a présenté les axes de travail de ce plan : la petite enfance, l’aide à l’enfance, l’accompagnement de la maternité et parentalité pour les femmes isolées, le retour à l’emploi et au logement, les problématiques liées à la vieillesse notamment. Ces orientations s’adressent aux "plus fragiles", afin de les accompagner pour endiguer leur exclusion sociale. "Quand je parle des plus fragiles, cela englobe les plus démunis en termes d’emploi, logement, santé, mais aussi les plus jeunes et les plus âgés, avance David Kimelfeld. La métropole bénéficie de tous les leviers afin de lutter contre la pauvreté. Il faut partir des besoins de la personne pour construire un parcours de vie, et sortir des réponses institutionnelles."

Le plan de prévention et lutte contre la pauvreté doit permettre à la métropole de Lyon d’accompagner les différents dispositifs déjà existant, tout en les renforçant et les mettant en synergie. "Les communes travaillent déjà localement. Mais ce plan peut redonner aux bénévoles le sens d’une action qui peut être beaucoup plus collective et peut ajouter de l’efficacité dans la prise en compte de chacun" souligne Marc Grivel, premier vice-président de la métropole. Concernant les moyens mis à disposition, des "discussions" sont en cours avec l’Etat, indique David Kimelfeld.

L’exemple du dispositif "Perle"

La métropole a réuni différents acteurs, association ou services métropolitains, de la lutte contre la pauvreté. Parmi les dispositifs mis en avant, le Foyer Notre-Dame des Sans-Abris, situé dans le 7e arrondissement de Lyon. Depuis janvier 2012, le foyer travaille à l’insertion professionnelle et au retour au logement à travers le programme "Perle" : parcours évolutif de retour vers le logement par l’emploi.

Dans ce cadre, quatre "chargés de relations entreprises" démarchent des sociétés pour trouver des emplois en fonction de leurs besoins, mais aussi en fonction des compétences et/ou "savoir-être" des bénéficiaires. "Sur ce dernier point, on peut mettre en avant la motivation, la ponctualité d’une personne par exemple, expose Régis Bretonès, chargé de projet "Perle". Chaque année, 300 personnes nous sont adressées par d’autres associations. Nous en accompagnons 200, pour environ 150 retours à l’emploi. Cela se fait soit en CDI soit en contrat à durée déterminée. Mais nous continuons l’accompagnement après la signature du contrat afin de justement pouvoir le transformer en durée indéterminée, et pour suivre l’intégration du bénéficiaire."

Remettre les personnes le plus vite dans un emploi permet d’assurer la seconde partie du projet : que les bénéficiaires puissent prétendre à un logement. "On casse la logique des parcours avec des paliers où on attend que la personne soit prête, rapporte Régis Bretonès. Nous sommes un accélérateur et on mise sur la capacité de résilience des personnes pour en faire un atout pour l’entreprise." Pour Régis Bretonès, l’enjeu du plan de lutte contre la pauvreté est de maintenir l’enveloppe financière dont bénéficie le Foyer Notre-Dame des Sans-Abris et de la prolonger dans le temps, afin de poursuivre son action.

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut