Lyon : affrontements à la librairie anarchiste "La Plume Noire"

Le Parti de Gauche dénonce "l'attaque de la librairie Plume Noire à coups de barres de fer et de battes de baseball" par une vingtaine de militants d'extrême droite ce samedi. Un peu plus tôt, malgré l'interdiction préfectorale du rassemblement "pour rendre l'église Saint-Bernard aux catholiques", des insultes et des coups étaient échangés entre des militants d'extrême droite du GUD et des militants d'extrême gauche.

Les craintes du préfet se sont confirmées ce samedi à Lyon. Malgré l'interdiction de la préfecture du rassemblement prévu sur la place Colbert, une centaine de catholiques traditionalistes se sont rassemblés pour manifester leur opposition au projet de reconversion de l'Eglise Saint-Bernard en centre d'affaires. Sous l'impulsion de Nicole Hugon, ex-candidate Front National aux municipales de 2014 dans le 5ème arrondissement, le rassemblement non déclaré en préfecture s'est tenu sur une place de la Croix-Rousse sur laquelle des militants d'extrême gauche ont leurs habitudes. Des premières altercations éclatent entre une trentaine de personnes des deux camps dès lors que le rassemblement de la place Colbert touche à sa fin. La police est présente sur les lieux pour limiter les débordements.

Affrontements au local de la coordination des groupes anarchistes à Lyon

Selon le site libertaire "Rebellyon", une quinzaine de militants d'extrême droite casqués attaquent en début de soirée la librairie "La Plume Noire", également connue pour être le local de la coordination des groupes anarchistes de Lyon. "Malgré les grilles baissées et la résistance des camarades présents, il ont pu briser les vitrines de la devanture. Plusieurs personnes ont été légèrement blessés dans cette attaque" écrivent les militants sur leur site. Le Parti de Gauche s'est déclaré "solidaire des militant.e.s libertaires et des habitant.e.s du quartier qui ont été sauvagement attaqué.e.s." et ont pointé du doigt les militants du Groupe Union Defense (GUD) et de l'Action Française comme étant "encore une fois à l'origine de blessures physiques et de dégradations de biens". Le parti "attend la réponse la plus ferme de la Préfecture à l'encontre de ces mouvements d'extrême-droite et la condamnation des auteurs de ces actes de violence".

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut