Rachid Kassim
DR

Les chaînes djihadistes diffusent un testament sonore de Rachid Kassim

Alors que le Pentagone annonçait que le recruteur de Daech originaire de Roanne avait été visé par une frappe de drone il y a dix jours, plusieurs chaînes djihadistes ont diffusé via la messagerie chiffrée Telegram le son d'un testament du djihadiste.

Considéré comme un conseiller pour l'assassinat du prêtre de Saint-Etienne-de-Rouvray, pour l'attentat aux bonbonnes de gaz manqué à Notre-Dame de Paris et le meurtre du couple de policiers dans les Yvelines, Rachid Kassim était l'une des cibles prioritaires des services antiterroristes, notamment français et américains. Alors qu'un responsable militaire américain indiquait que le recruteur était "probablement" mort suite à une frappe de drone dans la région de Mossoul, en Irak, plusieurs chaînes djihadistes ont diffusé via Telegram un message audio attribué à Rachid Kassim. "Si vous écoutez ceci, c'est que je ne suis plus de ce monde" indiquerait le Roannais dès le début du message, avant de faire l'apologie du terrorisme et d'appeler à provoquer de nouveaux attentats sur le sol français. Si la France n'a pas confirmé la mort de Rachid Kassim, les services secrets américains seraient désormais certains d'avoir abattu l'homme sur la base d'analyses ADN concluantes, indique Le Progrès. Depuis la zone de conflit irako-syrienne, ce Roannais de 29 ans a joué un rôle central dans la propagande, l'embrigadement et le recrutement pour le compte de Daech.

Pour aller plus loin : Retrouvez l'infographie de Lyon Capitale, "Rachid Kassim, au cœur de la toile djihadiste"

à lire également
Hani Ramadan, au Bourget, le 14 avril 2007 © Jean Ayissi / AFP
Le ministère de l'Économie et des Finances et le ministère de l'Intérieur ont pris 17 arrêtés le 15 juin dernier pour geler les avoirs de personnes liées au terrorisme, dont Hani Ramadan, le frère de Tariq Ramadan.
1 commentaire
  1. Robes Pierre - 17 février 2017

    et bien entendu on se sait pas brouiller les chaines djihadistes, commençons d'abord par ne plus citer le nom de cet individu.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

La revue du web
Faire défiler vers le haut