Doutre
Albert Doutre © TD

Le patron de la police vire Lyon Capitale d'un point presse

"Vous parlez sans arrêt des dysfonctionnements de la police" s’est emporté le patron de la police du Rhône, reprochant à Lyon Capitale la mise en ligne d’une vidéo montrant un policier lyonnais frapper à terre un supporter algérien.

Le directeur départemental de la sécurité publique du Rhône, Albert Doutre, a exigé ce matin le départ d’une journaliste de Lyon Capitale d’un point presse organisé dans son bureau pour évoquer les événements de la nuit, après le match Allemagne/Algérie. Refusant de s’exprimer en présence de notre journaliste, il l’a fait raccompagner par une fonctionnaire de police jusqu’à la sortie du commissariat central. "Partez, je ne veux plus parler aux journalistes de Lyon Capitale" a-t-il lancé.

Lors d’un bref échange, en présence de nos confrères d'autres médias lyonnais, il a répété : "Je ne parle plus à Lyon Capitale." Interrogé par notre journaliste sur les raisons de son exclusion, il a précisé : "Vous parlez sans arrêt des dysfonctionnements de la police. Il y a eu la vidéo la semaine dernière sur le pont de la Guillotière."

La vidéo en question montrait un policier lyonnais frappant à terre un supporter algérien. Reprise par la plupart des médias en ligne, elle avait été postée sur YouTube par un témoin. Avant de la mettre en ligne sur lyoncapitale.fr, notre journaliste – justement celle qui a été exclue du point presse – avait vérifié la véracité des images et contacté la direction départementale de la sécurité publique du Rhône. Cette dernière, qui a découvert alors cette vidéo, nous avait fait savoir, comme nous l’indiquions dans l’article, qu’une enquête interne serait ouverte. Ce qui fut confirmé dès le lendemain par le parquet.

Par ailleurs, nous avons appris ce matin que les services de police du Rhône ont reçu la consigne du même Albert Doutre de ne plus communiquer avec les journalistes de Lyon Capitale.

La rédaction de Lyon Capitale s’indigne d’une telle atteinte à la liberté de la presse et rappelle qu’elle n’a fait que son travail en publiant cette vidéo, comme lors de l’affaire Neyret, et comme à chaque fois qu’elle a eu à traiter de dysfonctionnements au sein de la police lyonnaise. Albert Doutre s'était d'ailleurs à plusieurs reprises ces derniers mois exprimé longuement dans les colonnes de Lyon Capitale et sur lyoncapitale.fr.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut