La rue de la Ré propriété privée

Son patrimoine lyonnais vient d'être expertisé à 248,4 millions d'euros, soit +47 % depuis 2005. Car ANF ne s'est pas implantée à Lyon pour compter les cochons : en 2004, quand Eurazeo, la maison-mère dont elle est une des multiples filiales, absorbe la SA Rue Impériale, l'objectif est de faire du chiffre. Et ça marche ! Les récentes renégociations de 136 baux commerciaux (hors immeuble du Printemps) ont augmenté de 77 % dégageant un gain de 2 millions d'euros de loyers chaque année (les loyers "prime" avoisinant aujourd'hui 250 euros/m2 pour les bureaux). ANF envisage-t-il de tout posséder rue de la Ré' ? "Ce n'est pas un objectif en soi, explique Bruno Keller, président du directoire d'ANF et D.-G d'Eurazéo. Mais si des opportunités se présentent, nous regarderons". D'ici trois ans, soixante appartements seront livrés, dont les premières livraisons au deuxième semestre. Et quid des décisions stratégiques d'ANF sur le devenir du kilomètre de la rue de la Ré' ? "C'est en complète concertation avec la mairie que nous réfléchissons aux projets de développement de la rue de la République".

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut