Pollution vu depuis la tour oxygène © Tim Douet

La coalition climat demande l'interdiction des véhicules diesel à Lyon

Certains véhicules diesel seront bannis du Grand Paris à partir de juillet 2019. À Lyon, aucune décision de ce genre n'est à l'ordre du jour. La coalition climat demande au président de la métropole de Lyon, David Kimelfeld, d'interdire les véhicules diesel dès 2024 à l'intérieur de la zone faible émission (ZFE).

Les véhicules diesel vont-ils être interdits dans la majorité des grandes métropoles françaises un jour ? Dans le Grand Paris, ceux immatriculés avant 2001 n'auront plus le droit de circuler à partir de juillet 2019. Dans la métropole de Lyon, une telle décision n'est pas encore à l'ordre du jour.

À partir de juillet 2019, une zone à faibles émissions (ZFE) sera mise en place dans une zone délimitée par le périphérique, englobant Lyon, Villeurbanne et une partie de Caluire, Bron et Vénissieux. À l'intérieur, les véhicules utilitaires légers et les poids lourds à vignette Crit'air 4 ou 5, ou sans vignette, n’auront plus le droit de circuler. À partir de 2021, ce seront les véhicules utilitaires légers et les poids lourds à vignette Crit'Air 3 qui seront bannis du secteur. Pour l'instant, ce projet défendu par David Kimelfeld ne concerne pas les voitures des particuliers et ne cible pas précisément un type de motorisation comme le diesel.

Pour certains, cette ZFE manque d'ambition face à une situation préoccupante en matière de qualité de l'air. Ainsi, la coalition climat, qui participe aux marches pour le climat, demande aujourd'hui au président de la métropole d'interdire tous les véhicules diesel à partir de 2024 à l'intérieur du périmètre de la ZFE, mais aussi le bannissement des véhicules essence de ce périmètre dès 2028.

La coalition climat a remis au président de la métropole un manifeste avec un calendrier en plusieurs étapes :

  • Étape 1 : 1er janvier 2019 : Début phase de pédagogie
  • Étape 2 : 1er juillet 2019 : Interdiction poids-lourds (PL) et véhicules utilitaires légers (VUL) "non classés" ou équipés d’une vignette "Crit’air 5"
  • Étape 3 : 1er juillet 2020 : Interdiction PL, VUL "non classés" ou équipés d’une vignette "Crit’air 5" ou "Crit’Air 4" et véhicules légers (VL) "non classés"
  • Étape 4 : 1er juillet 2021 : Interdiction PL, VUL "non classés" ou équipés d’une vignette "Crit’air 5" ou "Crit’Air 4" ou "Crit’Air 3" et VL "non classés" ou équipés d’une vignette "Crit’air 5" ou "Crit’Air 4"
  • Étape 5 : 1er juillet 2022 : Interdiction PL, VUL et VL "non classés" ou équipés d’une vignette "Crit’air 5" ou Crit’Air 4"  ou "Crit’Air 3"
  • Étape 6 : 1er juillet 2024 : Interdiction PL, VUL et VL au diesel
  • Étape 7 : 1er juillet 2028 : Interdiction PL, VUL et VL à l'essence

Du côté de la métropole, selon nos informations, on évite d'aller sur la question de l'interdiction des véhicules des particuliers. L'idée mise en avant est : "de ne pas pénaliser les plus fragiles". Fabien Bagnon de la coalition souligne : "un accompagnement des professionnels et particuliers, les plus fragiles sur le plan économique est indispensable : aide à l'achat de véhicules propres, élargissement des tarifs sociaux des TCL, aide à l'achat de VAE et de vélo cargo à assistance électrique...".

Néanmoins, avec des budgets qui se réduisent pour les collectivités, ce type d'accompagnement ne pourra se faire qu'avec des décisions politiques fortes. Pour les professionnels, la métropole envisage déjà des aides qui seront à définir ces prochains mois.

Enfin, la demande de la coalition climat d'interdire les véhicules essence dès 2028 a peu de chance de trouver un écho favorable. Un souhait de bannissement des véhicules avec une seule personne à bord à l'horizon 2030 aurait sans doute été plus réaliste, la métropole de Lyon ayant encore du mal à basculer dans la génération covoiturage.

à lire également
Greves rafinerie Feyzin station essence CGT FO autoroute © Tim Douet_0198
À travers toute la France, de nombreux mouvements, politiques ou non, appellent à un blocage des villes le 17 novembre pour demander une baisse des prix du carburant. À Lyon, ils sont déjà 2 500 à dire y participer sur Facebook.
3 commentaires
  1. Gérard Dutal - 22 novembre 2018

    Baratin La zone ZFE n'est que pipeau, puisqu'on laisse l'autoroute avec le transit traverser le centre de la ville ,et en plus on y exclut le périphérique !!!!!!
    Ce sont les lyonnais les plus pauvres qui vont trinquer et on va laisser 4x4, camping cars, caravanes tractées, camions plus au moins en bon etat , traverser la ville sans être inquiétés.On marche sur la tête !

    1. Abolition_de_la_monnaie - 23 novembre 2018

      Ils ont bon dos "les plus pauvres"... On sait bien que derrière tout ça il n'y a qu'un chantage pour développer l'immobilier de la Confluence.
      La voie dont il faut changer le statut est nationale, donc les solutions sont au niveau national, pas de refaire une autre autoroute parce que ça arrange le BTP.

  2. Galapiat - 23 novembre 2018

    Nul besoin de commenter , Gérard Dutal à bien résumé la situation.Conclusion, évitons d'apporter nos suffrages à cette équipe dont le chef de file est l'ancien ministre, Ceci commencera avec les européennes, voter est la seule et unique façon de voir son opinion prise en compte

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut