Képénékian sur Collomb : “cette démission ne s’est pas faite comme ça”

Ce mercredi, Georges Képénékian, maire de Lyon démissionnaire, s'est adressé à la presse depuis l'hôtel de ville. Selon lui, “l'idée d'une démission de Gérard Collomb s'est accélérée depuis la rentrée”.

Georges Képénékian s'est adressé ce mercredi à la presse depuis l'hôtel de ville de Lyon, confirmant le déroulement des derniers événements : “J'étais à côté de Gérard Collomb pour l'annonce qu'il a faite hier. Il a souhaité présenter sa démission. Par voie de conséquence, nous avons convenu que je présentais ma démission comme maire de Lyon, comme il était acté dans un engagement moral.” L'ancien maire de Lyon a détaillé ce qui va suivre et son rôle dans ce projet : “En termes de calendrier, ma démission doit être actée par le préfet. Dès lors, nous aurons dix à quinze jours pour convoquer le conseil municipal. Le maire et un nouvel exécutif seront élus. C'est très sereinement que nous allons mettre en place la suite sur ces épisodes que nous avons bien préparés en amont avec Gérard Collomb.”

Pour Georges Képénékian, cette démission n'est pas précipitée, mais bien préparée depuis plusieurs jours : “C'est un sujet qui s'est accéléré à partir de la rentrée de septembre et nous en avons parlé ces quinze derniers jours [...] C'est un moment où il a pensé que mener à bien son travail au ministère était plus compliqué. Ça ne s'est pas fait d'un petit coup, comme ça.”

Interrogé pour savoir s'il s'agit de “vieille politique”, l'ancien maire a rétorqué : “Je pense que c'est une vraie transparence affichée pour nous deux. L'engagement de cette nature est une fidélité, c'est tout le contraire d'une ancienne politique.”

De même, sur l'âge de Gérard Collomb, l'ancien maire a indiqué que c’était “une question très sensible aujourd'hui”, affirmant néanmoins : “Ce qui compte, ce n'est pas l'âge, mais la nature du projet que l'on porte. Gérard Collomb rassemble un collectif pour proposer un projet d'avenir pour notre ville.” Enfin, en ce qui concerne la suite du côté de la métropole, Georges Képénékian s'est contenté d'un laconique : “Chaque sujet l'un après l'autre.”

à lire également
Nathalie Perrin-Gilbert, à l’hôtel de ville de Lyon – novembre 2018 © Tim Douet
Gérard Collomb a fait l’impasse, comme depuis quatre ans, sur les vœux du 1er arrondissement. Un choix qui lui a permis de s’éviter une charge sévère contre son modèle lyonnais. Sur l’estrade, Nathalie Perrin-Gilbert, la maire de l’arrondissement, s’en est surtout servie pour présenter son contre-modèle : plus participatif, moins porté sur le béton et le marketing territorial.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut