Invasion de zombies sur Lyon

La 10e Zombie Walk se tient ce samedi à la Croix-Rousse. Dans une ambiance de morts-vivants... bon enfant !

Ils sortent pas grappes du métro C, station Croix-Rousse. Le teint blafard, les plaies encore sanguinolentes, sur le visage et sur les membres. Là, un père tient son fils au bout d'une chaîne, pour éviter qu'il ne morde un passant inattentif. Plus loin, c'est une jeune fille qui trépigne sur sa chaise, un crayon lui traversant le visage depuis l'arcade. C'est sûr, les zombies sont en train d'envahir Lyon !

10e Zombie Walk

Benjamin Roure
Disco ou punk rock ? Les zombies n'ont pas choisi.
10e Zombie Walk

Benjamin Roure
Un service d'ordre rassurant.

Comme les morts-vivants, contrairement aux vampires, ne craignent pas trop le soleil, ils se sont retrouvés en nombre sur l'esplanade du Gros Caillou, ce beau samedi après-midi, pour participer à la 10e Zombie Walk, événement festif et bon enfant, où l'on joue à se faire peur. Et à qui aura l'aspect le plus répugnant.

"Qui veut cette prothèse ? Il me faut quelqu'un qui n'a pas de barbe !", interpelle un homme avec une face monstrueuse en latex entre les doigts. Devant le long stand de maquillage, on fait la queue, en famille ou entre amis, pour obtenir son passeport vers l'au-delà. Et une fois installé, il faut compter vingt minutes au bas mot pour ressortir le visage déchiré et suintant.

10e Zombie Walk

Benjamin Roure
Au stand maquillage, on vient se défigurer en famille.
10e Zombie Walk

Benjamin Roure
Une bonne dose d'hémoglobine et un vrai talent artistique sont nécessaires au bon maquillage de zombie.

Nina, Villeurbannaise de 18 ans, a réalisé son maquillage elle-même : boursouflures, dents pourries, oeil exorbité, plaies en tous sens... "J'ai utilisé du latex liquide, de la pâte siliconée, du maquillage gras d'effets spéciaux, du vernis à dents, du rouge à lèvres... Cela m'a pris environ 1h30." C'est déjà sa troisième zombie walk. "J'adore cet univers. Et surtout bouffer des passants et faire peur aux enfants !"

10e Zombie Walk

Benjamin Roure
Nina a réalisé son maquillage elle-même. Elle est accompagnée d'Alan, chasseur de zombies au pistolet à eau.

Les enfants ne sont pas la majorité, mais on en voit, pas franchement effrayés. Et même maquillés. C'est un peu Halloween avant l'heure...

Les visiteurs, grimés ou non, vont et viennent entre le stand maquillage et la scène musicale. "Plus que par amour des zombies, on vient surtout ici pour la bonne ambiance", lancent Sébastien, Léo et Magalie, vingtenaires enthousiastes, une bière à la main.

10e Zombie Walk

Benjamin Roure
Sébastien, Léo et Magali viennent de passer au stand maquillage. Pour des petites choses simples.

Et en attendant le départ de la monstrueuse parade, le sport à la mode, c'est la photo. On pose, on prend des selfies... Il y a presque autant de curieux photographes que de jeunes gens déguisés. Le zombie moderne serait-il un petit peu exhibitionniste ?

10e Zombie Walk

Benjamin Roure
Hier, le zombie se cachait pour survivre. Aujourd'hui, il fait des selfies.

L'effet global est en tout cas saisissant, car les maquillages sont globalement "réalistes". Heureusement que la manifestation se déroule en plein jour : pas sûr qu'on aimerait croiser cette bande de zombies au détour d'une ruelle mal éclairée...

à lire également
Que se passe-t-il cette semaine à Lyon, à l’occasion des vacances de la Toussaint ? Lyon Capitale va présente une sélection non-exhaustive des prochains rendez-vous.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut