Bâtiment squat villeurbanne
© Rémi MARTIN

Incendie dans le squat pour migrants de Villeurbanne

Un incendie a touché deux chambres du squat de Villeurbanne qui a permis de loger plus d'une centaine de migrants depuis fin décembre. Si les occupants souhaitent revenir, la réouverture des lieux pourrait ne pas avoir lieu.

Un incendie s'est déclaré ce dimanche dans le squat de Villeurbanne où une centaine d'occupants sans-abri sont logés depuis fin décembre. Le feu a pris dans deux chambres du 3e étage sans toucher le reste du bâtiment. Il pourrait avoir été causé par un radiateur défectueux, nous a confié une bénévole. Les lieux ont été évacués par la police par mesure de sécurité.

Pour le moment, une soixantaine d'occupants ont été relogés par la ville de Villeurbanne qui a ouvert un gymnase les Iris en urgence. Un lieu ouvert jusqu'à jeudi ou vendredi qui est géré par l'association Notre-Dame des sans-abri. Les bénévoles et les occupants sont revenus chercher leurs affaires ce lundi dans le squat. “Personne n'a été à la rue hier soir, car les élus de Villeurbanne sont venus et ont été très coopératifs”, s'est réjouie une bénévole. “Voir cet immeuble vide avec quelques fenêtres toutes noires a été assez difficile à voir, mais les habitants et les étudiants sont en train de nettoyer en bas et au 3e étage avec l'idée c'est de revenir”, a-t-elle ajouté. Un expert devrait passer prochainement pour dire si l’électricité marche encore et s'il est possible de réinvestir les lieux.

En attendant, “un diagnostic social personnalisé” va être organisé par les services de l'État “pour savoir où orienter ces personnes qui sont majoritairement des hommes isolés”, a confié la préfecture. Une fermeture définitive du squat pourrait avoir lieu. La décision incombera au propriétaire des lieux qui est toujours SDMIS avant la cession à la métropole qui aura lieu d’ici deux mois.

à lire également
Toutes les semaines, des postes pour le déploiement de la fibre optique ne sont pas pourvus. Face à ce secteur en tension, l'École de la 2e chance accueille à Lyon "Les plombiers du numérique". Une vingtaine de jeunes ont débuté leur formation, avec à la clé, les perspectives d'un emploi. 
1 commentaire
  1. nico-yzfr6 - 27 février 2018

    C'est pas un squat puisque c'est autorisé par la ville et géré par les assoc'.Un squat, par définition, c'est sauvage et sans autorisation des autorités, non ?

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut