Affiche contre la publicité (©Collectif Plein la vue)

Ils recouvrent les panneaux publicitaires pour interpeller la Métropole

Une cinquantaine de militants du collectif Plein la vue et des groupes de Résistance à l'agression publicitaire de Lyon et Saint-Etienne a recouvert les panneaux publicitaires du centre-ville de Lyon, ce dimanche. Ils protestent contre le manque de considération de la métropole, qui doit rendre son règlement local de publicité dans les prochains mois.

Affiche contre la publicité (©Collectif Plein la vue)

"On se demande à quoi sert la concertation avec la métropole". Alors que le collectif Plein la vue est invité depuis plusieurs mois à la table des négociations concernant le prochain Règlement local de publicité intercommunal (RLPI), qui régit les conditions d'affichage publicitaire, Benjamin Badouard, membre de cette organisation regrette que les revendications citoyennes ne soient pas entendues. "Selon un document que nous nous sommes procurés, il n'y a aucune évolution malgré nos six réunions à la métropole et notre travail de fond", explique-t-il à Lyon Capitale. Les politiques semblent sourds aux revendications du collectif, partagées par 13.000 internautes ayant signé leur pétition et 30 associations. "Quand nous avons réalisés des 'mirco-trottoirs' pour expliquer notre action, la plupart des gens nous soutenait", argue encore Benjamin Badouard.

Panneau numériques

Au menu du prochain RLPI, dont le rendu a été décalé au mois de mars, une "légère dédensification", selon le collectif Plein la vue, notamment par l'interdiction de doublons dans un certain périmètre, sans que celui-ci ne soit d'ailleurs défini. "Des évolutions minimes sur le papier, tacle Benjamin Badouard, comme la réduction de la taille maximale des panneaux de 12 à 8 mètres carrés. Mais des panneaux supérieurs à 8 mètres carrés, il y en a très peu". Dans ce RLPI, il y a surtout l'autorisation des grandes bâches publicitaires, étrennées sur l'Hôtel-Dieu pendant les travaux ou la place Bellecour. Les panneaux numériques, comme ceux qui ont récemment fleuris dans le métro, seront également autorisés.

"Pas des extrémistes"

Affiche contre la publicité (©Collectif Plein la vue)

Alors, "pour être visibles", ce dimanche les militants ont recouverts les panneaux publicitaires du centre-ville de Lyon. "Nous ne sommes pas des extrémistes, on ne demande pas le zéro publicité et on ne dégrade rien", précise Benjamin Badouard. A la manière de ce qui a été fait pendant la Marche pour le climat, les militants ont donc scotché des feuilles blanches noircies de slogans pour faire entendre leur voix. "Pour montrer que les citoyens veulent moins de publicité", comme cela avait été dit, et entendu, avec la fin de l'expérimentation de la pub sur les trottoirs.

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut