Heidi Giovacchini : " Je n'ai plus d'espoir "

Heidi Giovachini assistait peut-être à son dernier conseil d'arrondissement hier à la mairie du 6e. En effet, son avenir politique dépend du Conseil d'Etat qui devrait rendre sa décision dans les quinze jours. " J'étais assez optimiste après mon audition, mais depuis le réquisitoire du rapporteur public, je n'ai plus d'espoir " a-t-elle confié.

Le 15 mai dernier, le rapporteur public Benoît Bohnert a en effet réclamé l'annulation de l'élection d'Heidi Giovacchini, ainsi qu'un an d'inéligibilité. Or le Conseil d'Etat suit généralement les recommandations du rapporteur public. La deuxième adjointe à la ville de Lyon pourrait donc disparaître du paysage politique pour un certain temps. A l'origine de la procédure, la commission nationale des comptes de campagne et de financement politiques. Elle reproche à la tête de liste " Aimer Lyon " du 6e une dépense de 5 079 euros, effectuée entre les deux tours des élections municipales. Ces frais, qui correspondent à une réception à la Reine-Astrid, n'avaient pas été réglés par le mandataire financier, absent ce jour-là, mais par la colistière Geneviève Brichet, qui avait été remboursée ultérieurement.

Cette irrégularité risque de stopper prématurément la carrière politique d'Heidi Giovacchini. Elle avait fait son entrée sur la scène lyonnaise aux dernières élections municipales de 2008. Mais fataliste, elle imagine déjà son avenir sans la politique : " il y a mille façons de s'engager. J'étais engagée avant d'entrer en politique, je le serai également après. "

Cécile Mivière

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut