Hôpital de la Croix-Rousse
Tim Douet

Greffe de foie aux HCL : Lyon Capitale maintient ses chiffres

Une vidéo de l’équipe de transplantation hépatique de l’hôpital de la Croix-Rousse publiée sur Facebook assure que les chiffres mentionnés dans l’enquête de Lyon Capitale "Le scandale des greffes aux Hospices civils de Lyon" sont faux. Lyon Capitale les maintient et en apporte la preuve.

Une semaine après la parution de notre enquête "Le scandale des greffes de foie aux Hospices civils de Lyon", l’équipe de greffe de foie de l’hôpital de la Croix-Rousse affirme dans une vidéo que certains chiffres de Lyon Capitale sont faux. "L’équipe de transplantation hépatique de la Croix-Rousse tenait à réagir à l’article publié dans Lyon Capitale et à y apporter certains points d’éclaircissement… Notre centre est une nouvelle fois attaqué sur ses résultats. Nous sommes une nouvelle fois calomniés. Nos résultats sont contestés, chiffres à l’appui […] Mais nous tenons à préciser que certains chiffres avancés sont faux ! Il est ainsi mentionné dans l’article que 384 propositions ont été refusées par le centre de la Croix-Rousse en 2017, ce qui constitue une perte de chance pour nos malades. Ce chiffre est faux. 384 propositions ont été faites au total en 2017 au centre de la Croix-Rousse ainsi qu’au centre pédiatrique, et 106 propositions ont été acceptées… Finalement 233 greffons ont été refusés par l’équipe de greffe adulte. Bien moins que ce qui est annoncé dans cet article", exposent-ils.

Et pourtant ce sont bien 384 greffons de foie qui ont été refusés à l’hôpital de la Croix-Rousse, comme le prouve le document que nous publions.

 

  Nombre de greffons refusés à l’hôpital de la Croix-Rousse by Le Lanceur on Scribd

Ce document dénombre les propositions de greffons refusés en 2017. *Dans le détail, parmi les causes majeures de refus : 80 greffons ont été refusés pour des raisons de morphologie, 79 pour "mauvais greffon", 57 en raison de l’âge du donneur ou du receveur et 31 pour "annulation : pris par autre équipe avant réponse". 149 de ces greffons étaient pourtant fonctionnels, puisqu’ils ont été greffés avec succès à d’autres patients par d’autres équipes médicales ailleurs en France. Dans cette même vidéo, l’équipe de la Croix-Rousse assure que "ces décisions n’entrainent pas une mise en danger des malades en attente, mais au contraire, elles ont pour but de leur donner un maximum de chances". Ils précisent d’ailleurs qu’ils se situent à la "seconde place nationale en termes de résultats de la greffe à un an", ce qui est exact. Mais le problème posé par notre enquête est ailleurs : plusieurs acteurs estiment que l’hôpital de la Croix-Rousse opère trop peu de patients, et par voie de conséquence, ne sauve pas assez de vies. "L’équipe de la Croix-Rousse ne veut pas prendre de risques, mais il arrive que des malades décèdent avant d’avoir pu recevoir une greffe", expliquait l’un d’entre eux. Un autre demandait à ce qu’ils soient "plus agressifs dans leur acceptation des greffons".

Un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) constatait en 2017 une baisse d’activité et de qualité de prise en charge des malades du foie, expliquée par des conflits entre médecins que la direction des HCL ne parvient pas à maitriser. Les auteurs du rapport recommandaient alors que la transplantation hépatique soit transférée à l’hôpital Edouard Herriot, suscitant la colère de l’hôpital de la Croix-Rousse, qui défend une organisation mise en place entre ses services depuis plus de dix ans.

L’intégralité de notre enquête sur les greffes de foie aux Hospices Civils de Lyon est à lire dans le mensuel Lyon Capitale de mars (n°775), en vente en kiosques et dans notre boutique en ligne.

*Parmi les propositions de greffons pour score national foie (qui répertorie les patients par ordre de priorité de greffe en France).

à lire également
Les Hospices Civiles de Lyon ont annoncé hier pouvoir désormais utiliser une nouvelle machine sur les personnes en arrêt cardiaque. Une grande nouveauté qui pourra sauvée des vies à l’extérieur des blocs opératoires où elle était jusqu’à là restreinte. Après Paris, il est maintenant possible de poser à Lyon une circulation extracorporelle sur des patients.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut