Grandeur et décadence de (ce qui fut) la France

Nul n’est prophète en son pays. C’est donc en Libye, flanqué du grand philosophe Bernard-Henri Lévy, que Nicolas Sarkozy se fera acclamer en "sauveur" au cours d’un voyage éclair soigneusement orchestré.

Sur la bien nommée Place de la Liberté, la foule se presse : "M. Sarkozy, Benghazi vous aime" peut-on lire sur une affiche rédigée dans un français impeccable.

Plus loin, les caméras de télévision s’attardent sur une famille ayant justement prénommé son enfant "Sarkozy". Hommage touchant, certains Libyens ne sont pas des ingrats et ont la reconnaissance du canon, sinon du ventre.

Quant à Kadhafi, il reste introuvable. Le CNT affirme que le pays est passé au peigne fin et à l’arme lourde. D’après des infirmières bulgares en transit à Paris, le Guide de la Révolution - à moins que ce ne soit un sosie ?- aurait été aperçu dans le parc de l’Hôtel Marigny, à deux pas de l’Elysée, sirotant un thé à la menthe sous une tente, entouré d’une myriade d’amazones. "De l’esprit des lois de Montesquieu à la main !", dixit Patrick Ollier, ministre des Relations avec le Parlement, autoproclamé "frère" du colonel et président du club d’amitié France-Libye. La rumeur publique fait enfin état d’une famille bien française ayant prénommé son premier garçon "Mouammar".

"Mainmise sur le pétrole, juteux contrats d’armement, coopération nucléaire, bétonnage du pays pour ses copains du Medef, voilà les vraies raisons de cet aller-retour médiatique !" ne manquent pas d’ironiser quelques rares esprits chagrins. Quelle mesquinerie, quand notre estimé Président se bat partout dans le monde pour faire triompher la Démocratie.

Le jour de son sacre en 2007, Place de la Concorde, Mireille Mathieu l’avait chanté à tue-tête : "Que la paix soit surrrr le monde, Pour les cent mille ans qui viennent, Donnez-nous mille colombes, A tous les soleils levants". "On va s’aimer, Dans un avion sur le pont d’un bateau-eau" lui fit écho Gilbert Montagné. On devrait toujours écouter les chanteurs engagés et les philosophes populaires. Il paraît que ça console. De la honte d’être français.

à lire également
Lyon Capitale n°778, juin 2018 – la une
L’édito du mensuel – Pour la première fois, Lyon Capitale a reçu un courrier d’avocat… avant d’avoir écrit une ligne. Quelques semaines plus tôt, Olivier Ginon était pourtant tout à fait disposé à répondre à nos questions et à justifier notamment les avantages obtenus par la ville de Lyon pour son club de rugby. Entretemps, les révélations des “ristournes” qu’il a accordées pendant la campagne électorale à Emmanuel Macron ont manifestement changé la donne.
10 commentaires
  1. patrice - 17 septembre 2011

    Quel editorial ! quelle incompétence journalistique! C'est dingue de voir les gauchistes toujours aussi critiques, jamais sans propositions. Critiquer pour critiquer parce qu'on est a gauche = comble de l'imbécilité. BRAVO, continuez la critique gratuite et devenez aigris ! C'est votre destiné.

  2. hi hi - 17 septembre 2011

    @ patriceSans vouloir vous offenser, il me semble que 'destinée' s'écrive avec un 'e' à la fin, à l'inverse d'imbécilité, qui pourtant est aussi un substantif féminin. Ah, les subtilités de la langue française !Comme l'écrivait Prévert : 'Un pied sur la rive droite, un pied sur la rive gauche, et le troisième au derrière des imbéciles'. Non ?Une proposition ? Que votre champion aille faire la leçon aux Chinois et impose là-bas la démocratie, par exemple.C'est en effet une grande honte pour tous les Français d'avoir accueilli le terroriste international Kadhafi en grande pompe sur notre sol, il y a moins de quatre ans, et de lui avoir offert une virginité, lui qui était au ban des nations, et pour cause. A l'époque, cela ne gênait guère notre président et il n'était pas du tout question de 'démocratie' ou de 'droits de l'homme'. C'en est une autre, tout aussi grande, que d'aller s'afficher dans une opération de communication en Libye pour se faire applaudir par des personnes triées sur le volet. Tout sonne faux, mais libre à vous de souscrire sans réserve à ce qu'il faut bien qualifier de caprice.Voir le dessin de Plantu aujourd'hui à la une d'un autre journal tout à fait 'gauchiste', 'aigri' et 'incompétent' : 'Vive la Libye ! Vive le pétrole librrrre !' Décidément, n'est pas président qui veut. Et, comme le journaliste, j'ai ressenti la même honte. Et je pense que j'aurai une nouvelle fois honte en écoutant DSK dimanche soir.

  3. patrice - 17 septembre 2011

    La gauche et son idéalisme utopique..... la gauche caviar.... la gauche DSK qui roule en porche..... la gauche dépensière, la gauche qui fait sauter des bateaux, qui écoute les journalistes, la gauche a toujours la mémoire courte! Mais vous avez raison, rêvez, c'est la seule chose gratuite dans ce monde!

  4. arnaud l - 20 septembre 2011

    C'est vraiment n'importe quoi ce texte... n'est pas Jean-François Kahn ou Edwy Pleynel qui veut.Mieux vaudrait peut-être travailler sur le fond de l'affaire plutôt que de faire un édito qu'on croirait directement sorti d'un blog alter mondialiste (très drôle quand on connait le passé et l'actualité de son rédacteur) ou d'un forum 'politique' réservé aux - de 20 ans (ceci dit, cela explique peut-être aussi la carrière politique avortée de son auteur).Déclamer sa haine du pouvoir est un droit, le fait d'être détenteur d'une carte de presse et d'être directeur de la publication d'un canard qui se veut le champion du 'journalisme d'investigation' comporte certains devoirs que, cher Monsieur le Directeur, vous semblez avoir tout à fait oublier.à votre disposition pour en discuter.

  5. Denis - 20 septembre 2011

    @ arnaud lKahn c'est bien l'élu du Modem qui parle, dans l'affaire DSK, d'un 'simple troussage de domestique' ? Ah ça c'est sûr, c'est une vraie référence, un grand journaliste ! Mon pauvre arnaud, vous avez encore quelques progrès à faire en matière de politique et d'investigation.

  6. Martin de Givors - 20 septembre 2011

    Le régime de Kadhafi qui est désormais fini était corrompu, on ne pouvait d’ailleurs que condamner sévèrement ses méthodes politiques, en particulier sur le plan démocratique et celui des droits de l’homme,mais il n'était pas pire que les dictatures Arabo pétrolières de la région amies de Sarkozy. cela justifiait-il pour autant une intervention militaire et la destruction de ce pays? Contrairement à la tunisie et l'Egypte où c'était des soulèvements populaires, Kadhafi a eu à faire face à un soulèvement armé, aidé et encouragé par l'occident. Au fait, avec la Charia(loi Islamique)qui sera inscrite dans la future constitution, ne doutons pas que les femmes libyennes vont pouvoir remercier leur sauveur, notamment BHL des bienfaits de la guerre humanitaire de Sarkozy.Outre les désastres Humains et matériels causés par les bombardements de l'OTAN, le bilan énergétique et carbone des plus désastreux, les contribuables Français ne sont pas oubliés. Si on se réfère aux indications du Figaro du 5 Mai 2011 et aux estimations du Ministère de la Défense, un mois d'intervention est égal au salaire annuel de plus de 2 000 enseignants, ou infirmières...Autrement dit avec 6 mois d'intervention c'est l'équivalent budgétaire annuel de 12 000 postes d'enseignants...Les budgets n'étant pas extensibles, que celles et ceux qui,à Gauche, ont soutenu cette intervention ne viennent pas râler parce que à la rentrée il y aura, par exemple, de 6 à 8 000 suppressions de postes d'enseignants...

  7. arnaud l - 21 septembre 2011

    cher denis,vous êtes de la rédaction je suppose... je conclus donc que la rédaction soutient ce texte qui est un tract politique pas très bien écrit et n'a même pas eu la présence d'esprit d'imaginer que lorsque je parle de Pleynel ou Kahn, c'est plutôt pour le style 'accusatoire' qu'ils emploient un peu mieux - reconnaissez au moins ça - que l'auteur du texte que je commente.Je laisse donc les lecteurs du site de Lyon capitale juges du soutien de la rédaction des 'esprits libres' à ce magnifique texte, fort bien écrit et très pertinent.Pour ma part, je juge tout simplement honteux que l'éditorialiste d'un journal dit 'd'investigation' ponde un truc pareil. Cela étant, la condition de journaliste étant souvent très précaire, je comprends que la rédaction fasse bloc derrière celui qui tient - en partie - les cordons de la bourse...

  8. Denis - 21 septembre 2011

    Cher arnaud l, je ne sais quel est votre contentieux personnel mais vous semblez avoir des comptes à régler et une haine cuite et recuite contre le journal et l'auteur de l'article, que je trouve assez mordant, ça change un peu! Un article du blog du Nouvel Obs et un lien assez parlant, qui vont dans le même sens... Bonne lecture!http://globe.blogs.nouvelobs.com/archive/2011/02/22/temp-06d0045c2500741bd7872e046b72709e.htmlQuand Ollier prenait fait et cause pour KadhafiC'était en décembre 2007 au premier jour de la visite si controversée de Kadhafi à Paris.Jean-Pierre Elkabbach avait invité sur Europe 1 Patrick Ollier, à l'époque député UMP et grand défenseur du rapprochement entre la France et la Libye (où il confiait être allé dix fois depuis 2004).Un 'frère' disait de lui le dictateur libyen.Celui qui est aujourd'hui ministre des relations avec le Parlement et partage la vie de Michèle Alliot Marie trouvait que,, oui, en matière de droits de l'homme il y avait 'quelques excès' en Libye, pays 'querelleur'...Mais que, bon, tout cela ne devait pas empêcher la France d'être le premier pays occidental à accueillir le Guide, dont l'évolution était, selon Ollier, 'considérable'.Il faut écouter cet entretien, mis en ligne d'abord sur le blog de Guy Birenbaum.Et se demander si le couple Alliot-Marie-Ollier peut rester au gouvernement de la France.

  9. rob - 21 septembre 2011

    ARRET SUR IMAGESOn parle beaucoup de Michèle Alliot-Marie, qui voyage en jet privé aux frais des amis du clan Ben Ali, mais on oublie que son compagnon. Patrick Ollier (ministre chargé des Relations avec le Parlement), est un ami du colonel Kadhafi, qui le considèrerait comme son 'frère'. Guy Birenbaum a retrouvé et posté sur son blog cette interview de l'homme politique, sur Europe 1 le 12 décembre 2007, qui défendait le dictateur libyen de passage à Paris.Durant l'interview, Ollier enchaîne les perles. A propos de l'attentat du DC10 d'UTA , qui coûta la vie aux 170 passagers et membres de l'équipage le 19 septembre 1989, il soutient au micro de Jean-Pierre Elkabbach que cela 'fait partie d'un passé révolu'. Kadhafi un terroriste? Sûrement pas : il a proposé une 'lutte commune contre le terrorisme' et 'engagé des actions pour qu'on puisse avoir une collaboration étroite'. Et lorsque Elkabbach rappelle que Kadhafi affirmait comprendre 'que les faibles aient recours au terrorisme', Ollier se contente de reconnaître qu'il y a là, peut-être, 'quelques excès de langage'. Ollier applaudit aussi Kadhafi pour avoir libéré les infirmières bulgares… mais en oubliant de préciser qu'il les avait gardées huit ans en prison, de 1999 à 2007. Durant l'interview, il n'a cessé de complimenter 'l'évolution' de la Libye grâce à Kadhafi, faisant passer pour des mauvaises langues ceux qui ne l'auraient pas perçue. 'Je ne sais pas si les personnes qui critiquent la Libye sont allées'.

  10. arnaud l - 21 septembre 2011

    loin de moi l'idée d'avoir un contentieux avec des gens plutôt sympas et compétents que je fréquente régulièrement, mais je trouve assez drôle que les sources, notamment sur Ollier, soient citées dans les commentaires et pas dans le texte est également assez édifiant.de même la comparaison que vous faites entre le blog d'un journaliste, étayé d'une bande son et un édito sur le site de votre journal, étayé par... rien. Quant à cet article que vous trouvez 'mordant' devrait plutôt trouver sa place sur le blog se son auteur plutôt que d'engager la rédaction qui trouve 'normal' de proclamer la 'honte' d'être français, de citer des 'rumeurs publiques' et de déclamer des 'contrats juteux' sans aucune source.Disons qu'on a connu, pas plus loin que sur l'affaire des matchs truqués, situées sur la même page que cet 'article', des textes un peu mieux sourcés chez Lyon cap. Je n'en dirai guère plus, car au fond de vous, vous êtes journaliste, vous avez été formé pour faire ce métier et vous savez bien que pareil texte est tout sauf journalistique. Votre réponse, documentée et posée, est elle, tout le contraire du texte que vous tentez de défendre. Plutôt que d'utiliser la manchette de la rancoeur personnelle qui disqualifie immédiatement votre interlocuteur, il était aisé de reconnaitre que l'article n'était pas très pertinent et n'avait pas grand chose à faire dans un journal régional... tout comme les publications de son auteur qui sont un manifeste politique...

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut