© Tim Douet
Article payant

Faut-il investir dans un logement étudiant à Lyon ?

L’investissement locatif à destination des étudiants permet de se constituer un premier patrimoine et une rente sûre. Avec un vivier de 150 000 étudiants (+25 % en 10 ans), la pression locative est forte entre Rhône et Saône. Et la revente, avec plus-value, aisée dans une ville où le prix de l’immobilier continue de grimper.

Pas besoin d’être fils de soyeux pour investir dans la blanche pierre lyonnaise. Avec un ticket à 100 000 euros, l’investissement locatif d’une petite surface permet d’entrer dans la danse, grâce à des dispositifs fiscaux avantageux, une rentabilité intéressante et des taux de crédit historiquement bas. Le tout dans une ville en croissance démographique, où les étudiants représentent désormais un Lyonnais sur dix ! Désignée championne des métropoles où il fait bon étudier, par le dernier classement du site Letudiant.fr, Lyon constitue ainsi le second pôle français de l’enseignement supérieur, derrière Paris, avec près de 150 000 inscrits (200 000 sur l’académie). Une progression de 25 % en 10 ans qui devrait se poursuivre. 

Investissement à moindre risque

De quoi assurer un taux d’occupation important, alors que les garanties parentales limitent le risque d’impayés. Autre atout, l’augmentation continue des prix de l’immobilier depuis 2015 assure revente rapide et plus-value. Avec la progression de la Guillotière, le 7e arrondissement va ainsi voir sa partie sud dynamisée par les projets autour de Gerland, et l’implantation de l’EM Lyon à l’horizon 2022. Les quartiers les plus prisés demeurent ceux où les étudiants... étudient (Lyon 7 et 8), mais aussi ceux où ils sortent (Lyon 1 et 2). La demande est ainsi toujours soutenue en Presqu’île, à la Croix-Rousse et dans le Vieux-Lyon. “Pas besoin d’être au pied de la fac, tempère Alexandre Schmidt, président de la chambre Fnaim du Rhône, qui conseille d’investir dans le centre de Lyon, ou en proche périphérie mais sur des lignes de métro ou de tram.”

Il vous reste 77 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

à lire également
En réalisant le grand dôme de l'Hôtel-Dieu, Jacques-Germain Soufflot a signé une architecture néo-classique qui amalgame les prescriptions de la légèreté gothique à la magnificence antique. Un chef- d'oeuvre qui raconte la grande et les petites histoires de Lyon. Et c'est en libre accès. 
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut