En direct du Sytral : quels investissements pour les TCL ?

C'est la somme que Bernard Rivalta (PS), président du Sytral, va soumettre au vote des élus du Sytral, ce jeudi, au titre des investissements prioritaires du plan de mandat des TCL pour les six prochaines années. Les seize élus de la Communauté urbaine et les dix élus du Conseil général du Rhône (collectivités qui financent à hauteur de 19 % le budget des TCL) ont donc la lourde tâche d'adopter - ou non - le plan de mandat, dont l'ambition avouée est de continuer à développer le réseau faute de quoi "il sera condamné ". Les élus discuteront également du débat d'orientations budgétaires pour l'année 2009. Un ordre du jour qui n'est pas sans susciter, de la part de certains membres, de vives réactions, les TCL se heurtant à des obstacles financiers. Car si les recettes billetique augmentent, tout comme les subventions des collectivités territoriales, les charges d'exploitation, elles, progressent plus rapidement que les recettes.

14h40 : Début de séance. Salle comble. Gérard Collomb boit son thé.

14h45 : Présentation des orientations budgétaires 2009. Les charges varient plus vite que les recettes. Le déficite se chiffre à 167,5 millions d'euros pour 2008. Endettement : 1,318 milliards d'euros.

15h00 : on a prévu 50 millions de subventions de l'Etat, dixit Rivalta.

Intervention de Béatrice Vessilier (Verts) : Demande un scénario qui présente une stabilité des tarifs des TCL, voire une baisse pour certains titres.

15h14 : Bernard Rivalta : 'On en revient à la théorie selon laquelle on demande plus à l'impôt et moins à l'usager. En même temps il faut construire plus. On rester donc sur la base de l'inflation car on ne sait pas de quoi sera fait demain. Il y a une sacrée inconnue sur le versement transport (taxe prélevée sur les entreprises) vu le contexte économique.'

15h20 : Gérard Collomb : 'le budget du Sytral est déficitaire. Plus on augmente l'offre de transport, plus il est déficitaire, c'est sûr. On peut faire supporter le déficit à deux catégories : les entreprises ou l'usager mais si on diminue sur l'usager, on augmente la taxe sur les entreprises, et donc l'usager est aussi touché, indirectement. Il ne faut donc pas s'enfermer dans ce débat là. La vraie préoccupation est de développer le réseau toujours plus. C'est le fonctionnement global de l'agglomération qui est abordé à travers ce débat d'orientations budgétaires'.

Dans les grandes lignes :

Parachèvement de la ligne T3 LEA,

extension du tram T1 au Musée des Confluences,

ligne forte C3 entre Bonnevay/St Paul,

ligne de tramway T4 entre Jet d'Eau et Part-Dieu (2012)

lignes fortes C1 (Cité Internationale/Caluire) et C2 (Part-Dieu/Rillieux) (2011)

extension du métro B jusqu'à Oullins (2013)

fin de l'extension du métro A jusqu'à La Soie,

parc relais de la Soie,

site propre de l'ouest lyonnais (Shunt des Esses)

prolongement de T2 à Eurexpo,

réaménagement des rames A et B,

extension du tram T1 à Debourg,

desserte du Grand Stade par le tram T3.

16h13 : Béatrice Vessilier 'je constate que le projet phare du Sytral est la desserte du futur Grand Stade, alors que ce projet n'est pas au PDU.Question : si le sujet de Grand Stade ne se fait pas, que devient la desserte ? Sur le tram à Eurexpo, est-ce plus prioritaire que d'autres projets ? Est-ils plus important d'offrir un tram à des cadres qui vont parfois à un salon ou offrir un tram qui servira à des milliers de lyonnais tous les jours ?

Bernard Rivalta : 'vous pouvez conclure car on ne finira pas dans les temps'

Béatrice Vessilier :'je souhaiterai qu'on revoit les priorités pour ces nouveaux projets car en l'état je ne peux pas voter ce plan d'investissements'.

16h23 : intervention de Bernard Rivalta : 'il faut automatiser la ligne B'

16h26 : Intervention de Michel Mercier, président du Conseil général du Rhône : 'On a un vrai problème d'autorité de l'organisation des transports à Lyon. Je suis très favorable à une autorité métropolitaine (étendue) des transports'

16h34 : Intervention de Gérard Collomb, président (PS) de la Communauté urbaine : 'lorsque les autres agglomérations françaises voient un plan de mandat à 1,1 milliards d'euros, elles sont étonnées. On est sans doute l'agglomération française qui a le plus développé ses transports en commun. Les problèmes de mobilité urbaine sont essentiels. Et à l'intérieur de ces problèmes, les transports en commun prennent une place de plus en plus importante : on est en train de structurer la ville autour de ses transports en commun. Parce que nous avons une attractivité économique forte. Nous avons franchi un sacré cap et nous sommes en train de mailler notre territoire de manière très pertinente. Stade ou pas Stade, de toute façon, le développement de ce secteur de l'agglomération lyonnaise est important. Une ligne de transports en commun jusqu'à Eurexpo, pour le développement de l'agglomération lyonnaise, c'est capital.Le plan que nous sommes en train de développer est un plan global qui articule le ferré, les transports urbains, les parcs relais. Si effectivement, nous devons raisonner à un niveau global, il faut penser au financement. Ca ne peut pas être le Conseil général du Rhône, le Grand Lyon ou le Sytral qui prennent en charge le développement des transports en commun dans la périphérie de l'agglomération lyonnaise. Le Conseil général de l'Ain et de l'Isère doivent nous dire comment ils pensent s'investir dans ce développement. Le plan de mandat est extrêmement fort et prend place dans un esprit de globalité encore plus grand'.

16h45 : le plan de mandat est voté. 4 abstentions.

16h46 : au sujet des indemnités illégales percues par Mrs Rivalta et Barriol : le 3 octobre 2008, un habitant de Communay, militant de AC ! Rhône, a porté 'plainte contre X (ou Messieurs Rivalta et Barriol) et s'est constitué partie civile dans divers délits d'ingérence, de concussion et de détournement de fonds pour l'attribution d'une indemnité de fonction en violation des textes'. Le Sytral vote la demande d'autorisation de cet habitant de se substituer au Sytral pour agir devant le juge judiciaire.

Intervention de Gérard Collomb : 'je vous propose qu'on attende l'avis de la Cour d'appel pour qu'ensuite nous prenions d'autres dispositions, éventuellement'

Michel Mercier : 'De toute façon, il me semble que le recquérant n'a pas autorité pour agir car il habite en-dehors du territoire du Sytral'.

Gilles Vesco : 'je trouve ce rapport assez surréaliste. On est dans une mauvaise série Z et cette assemblée ne mérite pas cela. J'ai regardé avec de longues jumelles. Je pense que les enjeux du Sytral sont largement au-dessus de ce rapport. Je m'adresse à Béatrice Vessilier : 'tu sais l'estime et l'amitié que je te porte. Mais cette attitude entraine une image déplorable auprès du grand public. Ne donnons plus l'image d'un Sytral qui se bat contre son président qu'on harcèle. On a la chance d'avoir un président investi, motivé et compétent. On pourrait le laisser travailler en paix !'

Béatrice Vessilier : 'je ne suis pour rien dans la démarche de Mr Gallo (la personne qui porte plainte)'

(rires moqueurs de Bernard Rivalta).
Le rapport est voté à par le Sytral : 1 abstention (Béatrice Vessilier)

17h01 : le Sytral propose un projet d'expérimentation sur le réseau lyonnais d'un service de guidage en temps réel sur téléphone mobile géo-localisé GPS + EGNOS (système européen en service depuis et permettant d'améliorer la fiabilité et la précision du GPS).Mobiville, c'est son nom de code, est labellisé par deux pôles de compétitivité lyonnais.

17h05 : fin de séance.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut