Ecole morte contre antennes relais

A moins que la mairie s'engage dès ce jeudi soir à négocier avec l'opérateur Bouygues pour qu'il démonte l'antenne située sur le toit d'en face.

Les parents d'élèves de l'école Gerson (Lyon 5e) ont la sensation de se faire mener en bateau par la mairie de Lyon. Le 20 juin 2008, lors de la conférence sur les ondes électromagnétique, l'adjointe (Verts) à l'écologie urbaine, Mireille Roy, promettait le démontage de toutes les antennes relais à proximité des écoles (lire notre article). Début septembre, l'antenne Bouygues trône toujours sur le toit de la copropriété, située en face de l'école.
Pour sa défense, la mairie explique que l'opérateur a réorienté l'antenne, ce qui aurait fait baisser les niveaux d'exposition. Mais là encore, problème : les parents ont demandé à l'association Robin des Toits de réaliser des mesures des champs électromagnétiques vendredi 5 septembre. Or les niveaux observés sont du même ordre que ceux enregistrés en avril dernier par une société spécialisée, l'Apave. Jusqu'à 4,52 volts par mètre dans la cour de l'école (à comparer aux 0,6 v/m que préconisent certains scientifiques comme niveau maximal d'exposition).
Pour les parents d'élèves, la conclusion va de soi : "La mairie dit que Bouygues a fait quelque chose alors qu'ils n'ont rien fait !" L'une des parents d'élèves, Stéphanie Torres, poursuit : "Jean-François Lanneluc (directeur de cabinet de Gérard Collomb) nous a encore promis en juillet que cette antenne serait démontée et qu'en attendant Bouygues baisserait les niveaux d'exposition. Maintenant nos interlocuteurs à la mairie disent qu'il n'en a jamais été question".

"la confiance est rompue"
Soutenus par le Collectif Lyonnais Ecoles Sans Antennes (CLESA), les parents entendent organiser une journée école morte vendredi 12 septembre. En février dernier, la menace d'une journée école morte à Victor-Hugo (1er arr.) et, surtout, l'annonce de deux cas de cancer avaient amené la mairie à démonter l'antenne située sur le toit de cette école (lire notre article).
La mairie, l'adjointe Mireille Roy en tête, peut encore calmer la situation si elle s'engage, de nouveau, sur le démontage de l'antenne, dès ce jeudi soir lors d'une rencontre avec les parents du CLESA.
Yves Fournel, adjoint à la petite enfance, et à ce titre concerné également par le dossier de l'école Gerson, se veut rassurant : "Le bâtiment où est installée l'antenne ne nous appartient pas. Nous sommes actuellement en négociation pour un éventuelle démontage de l'antenne. Personnellement j'y suis favorable. Mais par ailleurs, je me demande si les antennes de Fourvière ne pose pas plus de problèmes dans le secteur". Pour se débarrasser d'un dossier chaud, l'adjoint suggérerait-il d'éteindre Fourvière ?

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut