Dossier Jeu : 100 % des perdants ont cru en leur chance !

Gilles Pagès est professeur au laboratoire de probabilités et modèles aléatoires de l’université Pierre et Marie Curie (Paris). À titre de “hobby”, il s’est intéressé aux jeux de hasard de la Française des Jeux et en a fait un livre de vulgarisation (En passant par hasard, Vuibert).

Les calculs ont été réalisés en 1997 (francs) mais restent d’actualité.

Ainsi, au loto, on apprend que : la probabilité d’être gagnant à un rang quelconque* est approximativement égale à ... 0, 0186.

Pour qu’un joueur espère gagner le gros lot, en partant de l’hypothèse qu’il remplit ses 8 grilles hebdomadaires sur cent ans, sans jamais faillir, il lui faudrait un pécule de 28 millions de francs et une espérance de vie de 336 siècles pour décrocher le jackpot !

Mieux, la stratégie 100 % gagnante est de jouer toutes les combinaisons. Gilles Pagès prend l’exemple de la super-cagnotte, à deux tirages. Il faudrait donc valider deux fois 13 983 816 grilles simples (6 numéros à cocher sur un tirage de 49 nombres). Soit à 2 francs la grille, un investissement de 55 935 264 francs. Bien évidemment, le joueur sera gagnant à chacun des deux tirages autant de fois qu’il est possible de l’être à chacun des rangs*. Le problème, à ce stade, c’est qu’en général il faut partager. En partant de l’hypothèse que 60 millions de grilles simples ont été validées pour les deux tirages, au final, le promoteur de cette “stratégie bulldozer” se retrouverait avec une dette comprise entre 29 et 17,5 millions de francs !
“L’important, c’est de cocher”...

* Une grille comporte sept rangs gagnants, selon le nombre de numéros cochés.

à lire également
Pascal Le Merrer, fondateur des Journées de l’économie de Lyon © Antoine Merlet
Entretien avec Pascal Le Merrer, professeur d’économie à l’ENS, qui a fondé, à Lyon, en 2008 les Journées de l’économie, dont la 12e édition s’ouvre le 5 novembre sur le thème “Environnement, numérique, société… la décennie de tous les dangers”. Dix ans durant lesquels les économistes vont devoir “trouver un consensus” pour éviter un retour des populismes.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut