Delanoë à Lyon : les 3 paris du Maire de Paris

Ambiance populaire et VIP. On notait la présence de Martine Roure, Jean-Jack Queyranne ou encore Jean-Fançois Debat, le nouveau maire de Bourg-en-Bresse. Après un point Presse, à 19h30 il retrouvait des militants PS au château de Montchat. Vendredi matin, rendez-vous privé avec Gérard Collomb, " un ami ", même s'ils ont des désaccords politiques. La préparation du Congrès de Reims en novembre passe par Lyon, et par Delanoë. Sera-t-il candidat au poste de Premier Secrétaire ? Il évacue la question d'un revers de manche. Ses enjeux sont ailleurs, en tous cas pour l'instant. Le maire de la Capitale fait un triple pari. D'abord celui d'un " congrès de la sincérité ", où le PS soit capable de tenir " le même langage aux militants et aux citoyens ". (La fin de la stratégie : faire campagne à gauche et gouverner au centre ?) Un congrès qui permette donc de clarifier les lignes politiques. Delanoë ne croit pas à un grand écart entre le centre et l'extrême gauche. Travailler avec le centre gauche pourquoi pas " sil existe ! ! " et à condition qu'il prenne position clairement pour un projet. Bref, pas du tout ce qu'on a vu lors des municipales avec des configurations à géométrie variables. Quant à l'extrême gauche " je ne pense pas qu'elle ait jamais été auteure de quelque réforme que ce soit. Toutes les grandes réformes, ce sont les vilains réformistes comme nous qui les ont faites ". Exit donc l'extrême gauche. Il veut trouver une majorité d'alternance à partir de la gauche réformiste seule. C'est son second pari. Le troisième est celui de l'audace, titre du bouquin qu'il vient de signer avec Laurent Joffrin. Delanoë y plaide pour une politique volontariste dans les domaines du social, de la démocratie, de la défense des services publics, de l'écologie, des relations iinternationales... Curieux mélange entre la rigueur de gestion,l'efficacité du privé, et la forte affirmation de valeurs de gauche, de la nécessité de l'Etat, le maire de Paris dessine une troisième voie à la française. La contribution à laquelle il travaille semble trouver un écho favorable autour des rives du Rhône et de la Saône. " Une contribution ce n'est pas une motion, ellle n'est pas mise aux voix ", précise-t-il. Elle participe seulement au débat d'idées. Ce sont sur les motions que les différentes forces internes socialistes vont se mesurer.

Pierre Gandonnière

d'heure en heure

d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut