tete d'or

Découvrez la nature sauvage de la Tête d'Or !

tete d'or ()

Du 22 avril au 16 octobre, le Parc de la Tête d'or invite son public à découvrir les richesses de la flore et de la faune lyonnaises. Avec 45 portraits photos de plantes et animaux sauvages, le Jardin botanique propose une exposition à la rencontre de la biodiversité.

Fraisier des bois, escargot des jardins, libellule à quatre taches, sonneur à ventre jaunes... Il y a comme un petit air sauvage au parc de la Tête d'or. Avec un visuel très fort, une quarantaine de photos d'espèces rares cheminent entre le Jardin botanique et le Jardin zoologique. Accompagnée d'un court texte de présentation, chaque illustration décrit en quelques lignes la biologie, l'environnement et le statut de la plante ou de l'animal représentés. "L'idée est de découvrir chaque espèce dans son écosystème", affirme David Gomis, directeur du jardin zoologique du Parc de la Tête d'or "et, à la même occasion, de jouer un rôle dans la recherche pour la biodiversité locale".

S'étalant sur huit hectares, le Jardin botanique de la ville de Lyon ne cesse d'accueillir de nouvelles plantes, ce qui avec une palette de 15 000 taxons, en fait le plus riche jardin municipal de France. Mais "préserver la biodiversité ce n'est pas seulement avoir un beau jardin botanique ou un zoo", insiste Noémie Rothstein, chargée de projet du Jardin Botanique, "il faut avant tout tenir compte des micro-habitats afin de recréer les écosystèmes spécifiques de la région lyonnaise".

tete d'or ()

Changer les gestes

Recréer les écosystèmes et, à la mémé occasion, apprendre à cohabiter avec la diversité. Pour Tatiana Soulier, ingénieur environnement-sécurité des Espaces verts de Lyon il faut donner l'exemple aux citoyens. "La pédagogie commence au Jardin botanique, le premier pas vers le respect de la bio-diversité. L'idée est d'arriver progressivement à changer les gestes des petits jardiniers, leur faire prendre conscience que même les espèces les moins connues disposent de fonctions écologiques extrêmement importantes pour la survie de l'écosystème".

L'objectif est donc de sensibiliser les regards et de faire évoluer les mentalités afin que la nature sauvage ne fasse plus peur aux habitants. Pour cela, de nombreuses activités pédagogiques à l'attention des scolaires, des centres de loisirs et du grand public sont proposées jusqu'au mois d'octobre. Quatre mois de pure découverte. De quoi tomber sous le charme de la nature lyonnaise.

Pour en savoir plus sur le programme : http://www.jardin-botanique-lyon.com

à lire également
ENTRETIEN – De retour du ministère de la Transition écologique et solidaire où il a présenté la future zone interdite à certains véhicules polluants, David Kimelfeld a répondu aux questions de Lyon Capitale. Le président de la métropole dévoile ses grandes orientations, plaçant le réchauffement climatique, la qualité de vie et le social au cœur des enjeux. Sa réaction au retour de Gérard Collomb ? “Il n’y a aucune raison qu’on ne travaille pas ensemble.”
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut