(Photo by GUILLAUME SOUVANT / AFP)

Coronavirus : tout ce qu'il faut savoir sur l'épidémie à Lyon ce lundi 3 août

Où en est l'épidémie de coronavirus à Lyon ce lundi 3 août ? L'épidémie est-elle encore sous contrôle ? Les cas positifs sont-ils de plus en plus nombreux ? Quelle est la situation dans les hôpitaux lyonnais ? Faut-il s'inquiéter ? Tour d'horizon de la situation à l'instant t, ce lundi 3 août, à Lyon.

Le nombre de cas positifs de coronavirus a sensiblement augmenté dans le Rhône la semaine dernière. Pour autant, faut-il s'inquiéter ? Tour d'horizon.

- Près de 200 tests positifs en une semaine dans le Rhône

Le nombre de cas positifs de coronavirus augmente dans le Rhône.

C'est simple, d'après le dernier point de Santé Publique France, 12 544 tests ont été effectués dans le département du Rhône du 20 au 26 juillet, en une semaine. Bilan, 196 tests positifs, soit un taux de positivité de 1,6 %. Et un taux d'incidence de 10,4 cas pour 10 000 habitants.

A titre de comparaison, la semaine précédente, du 13 au 19 juillet, 11 820 tests avaient été effectués dans le département. 110 s'étaient révélés positifs, soit un taux de positivité de 0,9 %. Et un taux d'incidence de 5,9 cas pour 10 000 habitants.

- Les jeunes (les 20-30 ans) désormais les plus touchés

Dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, ce sont les jeunes les plus touchés dans les nouveaux cas qui sont apparus fin juillet. "Parmi les 580 patients positifs en S30, la tranche d’âge la plus représentée était celle des 20-30 ans (22 % des cas), suivie des 30-40 ans (18 %)", explique Santé Publique France.

On trouve ensuite les 40/50 ans (15 %) puis les 50/60 ans (13 %).

- Beaucoup de cas positifs sont asymptomatiques

Ce qui est aussi intéressant à noter, c'est que 44 % des cas positifs sont asymptomatiques dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. Ils sont testés positifs sans avoir eu de symptômes.

- Très peu de formes graves

C'est la très bonne nouvelle. Les jeunes sont beaucoup touchés par ces nouveaux cas dans la département du Rhône. Mais ils ne font pas, ou très peu, de formes graves.

- Dans les hôpitaux, ça ne fait que baisser

Le nombre de cas augmente mais dans les hôpitaux ça continue de baisser.

C'est simple, dans le département du Rhône, il y a 91 personnes à l'hôpital d'après le dernier bilan. Contre 1250 au plus fort de la crise. "Seulement" 5 personnes sont actuellement en réanimation... contre 300 au plus fort de la tempête.

Même constat dans la région avec "seulement" 15 personnes en réanimation actuellement... contre 783 au plus fort de la pression dans les hôpitaux début avril.

- le masque obligatoire dans les lieux clos, pas encore dans la rue à Lyon

Depuis le 20 juillet, le port du masque est devenu obligatoire dans les lieux publics clos en France. Mais désormais, les préfets peuvent rendre le port du masque aussi obligatoire dans les lieux publics ouverts. En fonction de la situation locale.

A Lille, c'est le cas. Depuis vendredi, le port du masque est obligatoire dans les zones piétonnes, les zones où la circulation routière est limitée à 20km/, les zones de très fortes fréquentation du public, les galeries commerciales, les marchés publics de plein air et tous les espaces verts urbains.

En Mayenne, c'est aussi le cas dans de nombreuses villes. A Bayonne et à Biarritz aussi.

Pour l'instant, une telle mesure n'a pas été prise à Lyon. Mais le Préfet du Rhône peut désormais, par arrêté, le décider.

Conclusion : prudence, vigilance, protection mais pas de catastrophisme

Clairement, il faut rester très vigilant, se protéger au maximum, respecter les gestes barrières, mais pour l'instant l'épidémie est toujours sous contrôle dans le département du Rhône et dans la région.

 

Faire défiler vers le haut