(Photo by JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)

Coronavirus à Lyon : le taux d'incidence ne cesse de grimper dans le Rhône

Le taux d'incidence représente le nombre de cas positifs pour 100 000 habitants. Il permet de déterminer dans quel département le virus circule activement. Dans le Rhône, ce taux a considérablement augmenté ces derniers jours, atteignant 133 cas pour 100 000 habitants désormais.

Le taux d'incidence est un indicateur surveillé de près par les autorités. Il permet de juger de l'évolution de l'épidémie dans chaque département.

Il représente le nombre de cas positifs pour 100 000 habitants. Au-delà de 50, le département est classé en "zone rouge", en zone de circulation active du virus.

Dans le Rhône, ce taux frôlait les 100 il y a quelques jours. Il a considérablement augmenté ces derniers jours, atteignant 133 cas pour 100 000 habitants désormais.

De nouvelles mesures devraient être annoncées ce vendredi pour tenter de freiner la propagation de l'épidémie dans la région.

Lire aussi : Coronavirus à Lyon : l'épidémie progresse dans le Rhône, de nouvelles annonces vendredi ?

3 commentaires
  1. Signaler un commentaire inapproprié
    retouraumoyenage - 10 septembre 2020

    Et les transports en commun où la contamination est maximale!
    Il serait temps de les arrêter et de préconiser les transports en voiture en aménageant les voies de circulation.
    Il serait temps d'interdire les sports dans les rues ainsi que les vélos c'est pas compliqué de comprendre qu'un sportif contaminé balance une quantité énorme de virus lorsqu'il respire fort et plus rapidement; contaminant tous les piétons qu'il croise! et 30% des malades n'ont aucun signe clinique! eux même ne savent pas qu'ils contaminent les autres.
    Les masques ne servent à rien car les gens les utilisent mal; au contraire c'est même hyper contaminant car les virus collés sur la face avant du masque se retrouvent sur les mains de ceux qui ne cessent pas de le "tripoter".
    On va assister dans les jours qui viennent à une flambé du nombre de cas!

    1. Signaler un commentaire inapproprié
      Abolition_de_la_monnaie - 10 septembre 2020

      - les maques servent énormément à ralentir et à éviter des contaminations. Ce n'est pas pour rien qu'ils sont utilisés dans les hôpitaux par le personnel depuis des décennies. Prétendre l'inverse a une motivation très "suspecte".
      - oui, les masques ne sont pas mis comme il faut parce que ces citoyens ont reçu une éducation incomplète en biologie et en civisme.
      - masquer les sportifs dans la rue ? Tout à fait d'accord. Cette différence faite par la préfecture n'engendre que la confusion et une certaine "haine" envers ces personnes exemptées.
      - les transports en commun doivent appliquer des règles de distanciation.
      - la voiture n'est pas la solution car les automobilistes ne sont pas obligatoirement masqués lorsqu'ils sont plusieurs dans la voiture, ils circulent les vitres ouvertes et donc c'est comme pour les cyclistes et autres sportifs lorsqu'on passe à côté (canalisation par la fenêtre alors qu'en extérieur complet il n'y a pas de canalisation).
      Sans oublier que la pollution est un facteur aggravant qui "porte" les virus or les voitures polluent.

  2. Modéré
    Bernard G - 10 septembre 2020

    La pollution de l'air, en forte partie imputable aux voitures, entraîne 48000 décès prématurés chaque année en France :
    https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/vie-pollution-air-fleau-reduit-plus-esperance-vie-monde-63256/

    Je crains que la contamination soit surtout maximale aux terrasses et dans les salles des bars et restaurants.
    A moins que le petit noir, la bière, et le bifteck/salade/frites aient été identifiés comme efficaces contre le coronavirus ?

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut