Georges Képénékian
© Tim Douet

Campagne de Macron à Lyon : mise en cause, la Ville répond

Mise en cause par les élus Les Républicains dans le cadre du financement de la campagne d'Emmanuel Macron, la ville de Lyon s'est interrogée sur les raisons de la plainte déposée par les élus d'opposition dans un communiqué envoyé ce lundi soir.

Après l'annonce de l'ouverture d'une enquête préliminaire par le procureur de Lyon quant à l'utilisation de moyens de la métropole lors de la campagne d'Emmanuel Macron, la Ville a réagi dans un communiqué et annoncé qu'elle répondra aux différentes sollicitations qui découlerontdans le cadre de la procédure judiciaire.

La Ville s'est par ailleurs dite “étonnée d’être interpellée de la sorte suite à des prétendus manques de réponses. Pour rappel, la Ville a répondu publiquement au questionnement de monsieur Guilland sur les conditions d’organisation d’une réception avec l’ex-ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique et quitus a été donné à cette réponse en séance du Conseil Municipal du 14 novembre 2016. La ville de Lyon n’a pas été depuis saisie d’autres demandes ou de compléments d’information. La ville de Lyon s’étonne donc d’être interpellée une nouvelle fois et aussi tardivement sur ce sujet”. “Ainsi, la ville de Lyon ne peut que s’interroger sur la véritable finalité de cette procédure. Loin d’une recherche de vérité, elle ne peut s’apparenter qu’à la volonté délibérée de jeter le discrédit sur l’institution municipale et ses élus”, conclut-on du côté de la municipalité.

Des propos qui vont dans le sens de ceux prononcés ce lundi par David Kimelfeld, le président de la métropole, qui a parlé d'une polémique “de caniveau” et attaqué frontalement Philippe Cochet, un des deux élus Les Républicains à l'origine de la plainte. De leur côté, les deux élus d'opposition estiment avoir “juste posé des questions” et ont saisi la justice “faute de réponses satisfaisantes”.

à lire également
Un conseiller municipal de Bourg-en-Bresse a été pris a parti en compagnie de son compagnon par des manifestants qui ont détruit les vitres de leur véhicule, ce dimanche matin. Une agression à caractère homophobe assure-t-il. Le maire de la ville, Jean-François Debat a apporté son soutien à l'élu.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut