Une classe de collège
© Tim Douet

Brevet des collèges : 90 % de réussite dans l'académie de Lyon

Le taux de réussite au brevet des collèges est en hausse de 1 % dans le Rhône.

Simple formalité pour certains ou premier examen d'importance pour d'autres, la nouvelle formule du brevet des collèges n'a pas mis en plus grande difficulté les collégiens du Rhône. En effet, depuis cette année, une épreuve écrite de Science et vie de la terre et de physique-chimie est venue compléter les épreuves de français, mathématiques et histoire-géographie-éducation civique. L'autre grande nouveauté est celle de l'épreuve orale, pendant laquelle l'élève à 5 minutes pour présenter un projet élaboré au cours de son scolaire avant de répondre ensuite pendant d'une dizaine de minutes aux questions des examinateurs.

Réussite en baisse dans les filières professionnelles

Ces changements n'ont pas su déstabiliser les collégiens en filière générale du Rhône, très nombreux à avoir obtenu l'examen dont la plupart des points peuvent s'obtenir en contrôle continu. Alors que le taux de réussite était de 89 % en 2016, il est cette année de 90,3 % toutes sections confondues. En filière générale, 18 434 élèves l'ont obtenu dans le Rhône, soit un taux de réussite de 90,7 %. En filière professionnelle, 1 279 élèves ont réussi l'examen, soit 84,1 % des élèves qui le présentaient. Dans l'académie de Lyon, 35 260 élèves ont réussi l'examen, soit 90 % des élèves. Les filières professionnelles ont cependant vu leur taux de réussite en baisse : de 84,3 % cette année, il était de 86.6 % en 2016.

Depuis le 12 juillet, les résultats du brevet national du collège dans l'académie de Lyon sont disponibles ici.
à lire également
Illustration © Isacile pour Lyon Capitale
Difficultés d’endormissement, réveils nocturnes, nuits trop courtes... Le sommeil des enfants et des adolescents n’est satisfaisant ni en qualité ni en quantité. Pour y remédier dès le plus jeune âge, un programme d’éducation au sommeil a été testé dans cinq écoles primaires du Rhône. Entretien avec la neuropsychologue Stéphanie Mazza*, co-initiatrice du projet.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut