Paire de pieds au lit

Bon mois de décembre pour l'hôtellerie lyonnaise

En décembre 2017, mois de fête des Lumières, l'hôtellerie lyonnaise a eu connu une hausse de 6,1 % de sa fréquentation par rapport à 2016.

Au mois de décembre 2017, l'hôtellerie lyonnaise a été en hausse par rapport au même mois en 2016. Toutes catégories d'hôtel confondues, ses performances ont augmenté de 7,9 % tandis que la fréquentation est en hausse de 6,1 % et les tarifs de 1,7 %. Un mois de fête des Lumières qui n'y est pas pour rien dans les résultats notamment grâce à une soirée de plus de festivités. "D’une manière générale, le décalage des vacances de Noël sur janvier a été bénéfique à l’hôtellerie d’affaires en décembre", a ajouté la CCI. "Sur le mois de décembre, l’évolution du taux d’occupation de 6,1 % dans le Grand Lyon est en phase avec une tendance globale de croissance de la fréquentation en France", a poursuivi cette dernière. En tout, 411 966 nuitées ont été réservées à Lyon durant ce mois soit une augmentation de 9,69 % du nombre de nuitées par rapport à décembre 2016. L’année 2017 a été une belle année pour l’hôtellerie lyonnaise qui enregistre globalement un RevPAR en hausse de 1,3 % et un taux d'occupation en augmentation pour toutes les catégories. "On peut noter une augmentation de 211 000 nuitées par rapport à 2016 sur l’ensemble de la métropole de Lyon (+4,25 %) et de 566 000 nuitées par rapport à 2015. Si l’on regarde la répartition semaine/week-end, les indicateurs du week-end progressent de manière plus importante que ceux de la semaine même si ces derniers restent toujours beaucoup plus hauts", a conclu la CCI.

à lire également
Des pas-de-porte des quartiers branchés au seuil de réseaux plus sages, une nouvelle génération de trentenaires est en train de monter à Lyon. Des entrepreneurs qui revendiquent la qualité de vie plus que l’argent comme idéal. Avec leurs codes novateurs des métiers du design et de la communication digitale, ils développent des concepts hybrides séduisants, mais bien rentables. Une jeunesse mondialisée difficile à étiqueter qui dépoussière sérieusement l’image du chef d’entreprise lyonnais traditionnel et ringardiserait presque celle du start-upper.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut