Bidonville de la Soie : Les roms bientôt relogés

Tous les Roms qui squattent le terrain vague de la Soie, à Villeurbanne, seront relogés au lieu d'être expulsés. Une première.

Les 456 Roms vivant actuellement sur le bidonville de la Soie (à Villeurbanne) seront relogés d'ici la fin du mois. Voilà l'engagement qu'a pris la préfecture du Rhône, qui ne manque pas d'ambition ! A cette échelle, c'est une première nationale. Jusqu'à cette décision du préfet Lacroix, les Roms installés dans l'agglomération lyonnaise étaient systématiquement expulsés des terrains vagues qu'ils occupaient,... avant de se réinstaller sur le terrain de la commune d'à côté. "L'entrée en janvier de la Roumanie et de la Bulgarie dans l'Union européenne, pays d'où sont originaires la plupart des Roms, a fait bouger les choses", analyse André Gachet, directeur de l'Alpil*, l'association mandatée pour réaliser l'audit et l'opération de relogement. Désormais citoyens de l'UE, les Roms peuvent, sous certaines conditions, s'établir et travailler. 62 métiers en tension leur sont ouverts : dans l'agriculture, le bâtiment, les services à la personne. Ainsi, des propositions d'hébergement, d'emploi et de formation, adaptées à chaque habitant du bidonville seront proposées. "Certains préfèreront s'installer définitivement ici, parce qu'ils ont tous perdu là-bas. D'autres continueront à faire les allers-retours avec leur région et occuperont des emplois saisonniers. C'est maintenant à chacun de savoir ce qu'il veut faire", précise André Gachet. Alors que tous les foyers d'hébergement affichent complet, le relogement des Roms de la Soie est un bel exemple de volontarisme politique pour résorber la crise du logement. La préfecture s'y est engagée. Reste à connaître l'enveloppe financière que l'Etat est prêt à mettre sur la table pour que l'opération soit couronnée de succès et serve de modèle.

*Association lyonnaise pour l'insertion par le logement

à lire également
Equipage de la Police nationale à Lyon © Tim Douet
Face aux problèmes créés par le trafic de cannabis, la municipalité villeurbannaise sortante avait lancé une grande concertation sur la dépénalisation. Un choix jugé aujourd’hui risqué électoralement. Les remontées des habitants sur la tranquillité publique ne sont pas élogieuses.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut