Article payant

Balade urbaine : Le Lyon criminel

Nous achevons notre (re)découverte de la ville en mettant nos pas dans ceux des voyous. En l’espace de deux heures, nous allons vous présenter un parrain, un tueur en série, visiter les lieux du crime et faire un tour à la morgue. Mais rassurez-vous, tout ça, c’est de l’histoire.

Bienvenue à Chicago sur Rhône, ville où le crime était parfois roi, où les pires monstres ont pu sévir, à l’image de Klaus Barbie durant la Seconde Guerre mondiale. Lyon, c’est aussi le berceau de la police moderne avec Lacassagne et Locard, les deux Sherlock Holmes qui continuent de donner des cauchemars à tous ceux qui pensent pouvoir agir impunément.

  1. Quai Joseph-Gillet, la fin d’un parrain

L’un des règlements de comptes les plus importants des années 1970 eut lieu sur ce quai. Résistant de la dernière heure (en abattant des nazis à Grenoble en 1944), Jean Augé devient dans les années 1960 le parrain de Lyon. Criminel, barbouze, il a reçu le surnom de La Cuillère pendant la guerre d’Algérie (il utilisait cet ustensile pour enlever les yeux de ses victimes). Le 15 juin 1973, il sort du Sporting Club de Lyon-Plage quand une camionnette freine devant lui. Ses occupants tirent onze balles, dont deux dans la tête d’Augé, qui meurt sur le coup. L’affaire n’a jamais été résolue, mais ses présumés assassins seraient les membres du Gang des Lyonnais. Jean Augé aurait été trop gourmand sur les parts qu’il demandait aux jeunes criminels.
  1. À Saint-Paul, le tunnel des morts

Il vous reste 83 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

à lire également
Stéphane Bern
D’abord journaliste à Jours de France, magazine spécialisé dans l’actualité des familles royales européennes, puis sur Europe 1 où il a narré pendant plusieurs années les destinées des grands de ce monde, Stéphane Bern s’est véritablement fait connaître du grand public le 31 août 1997, sur le plateau du journal télévisé de TF1, pour évoquer la mort de la “superstar” Lady Di. Dès lors, le chroniqueur royal lyonno-luxembourgeois est propulsé sur le devant de la scène. Depuis trois ans, il est au chevet du patrimoine français en péril, après avoi été nommé “Monsieur Patrimoine” par le président de la République. Rencontre avec un “raconteur d’histoires”, “profondément attaché à Lyon”, qui publie son 42e livre Les Records de l’histoire (Albin Michel) et un cahier de vacances spécial Secrets d’Histoire.
Faire défiler vers le haut