Auto-école incendiée à Vénissieux : le suspect interpellé

L’homme accusé d’avoir mis le feu à une auto-école a été interpellé mardi 30 avril. Il sera soumis à une expertise psychiatrique.

C’est une odeur de peinture fraîche qui règne dans l’auto-école du Sud-Est, avenue Viviani, à la limite du 8e arrondissement de Lyon et de Vénissieux. Dans la nuit du vendredi 5 au samedi 6 avril, un Vénissian âgé de 44 ans a brisé la vitrine de l’auto-école avant de mettre le feu à l’établissement grâce à un cocktail Molotov. Les raisons : après l’échec de son fils au permis de conduire, l’homme souhaitait qu’il retente très vite sa chance. Faute de place, le gérant n’a pas pu lui donner satisfaction. Mécontent, le quadragénaire avait alors brisé la vitrine arrière de l’auto-école.

La somme de 11 000 euros paraît “excessive”

Actuellement en travaux, l’auto-école doit rouvrir la semaine prochaine. L’établissement continue néanmoins son activité. Assailli par la presse, le gérant souhaite désormais tourner la page. “Pas de commentaire”, répond-il laconiquement entre deux cours de conduite. “J’ai déjà tout dit à la police et à la presse. C’est du passé”, conclut-il. Daprès une information relayée par plusieurs journaux, les dégâts de l’incendie seraient estimés à 11 000 euros. Une somme qui paraît “excessive” à un employé de la société chargée de la réfection. “L’entreprise n’a pas subi de grosses pertes matérielles et l’incendie n’a pas tellement endommagé le local. C’est pourquoi, j’ai des doutes sur le montant”, confie-t-il.

Une onde de choc pour les commerçants voisins

Peu habituée à ce genre d’incident, la patronne du bar Le Viviani, situé à côté de l’auto-école, était stupéfaite de cette nouvelle. L’incident a fait l’objet de spéculations chez les commerçants voisins. Selon elle, les suspicions se sont en premier lieu dirigées vers les jeunes du quartier, qui errent quotidiennement autour de ces commerces. “Il y a certains commerçants qui accusaient certains jeunes, coupables de ternir l’image de leur commerce. Mais ils ne font rien de mal. Ils profitent simplement de cette tragédie pour les accabler”, regrette-t-elle.

L’homme était connu des services de police

C’est la gérante du tabac qui a aperçu, lundi 8 avril au matin, en ouvrant son magasin, la fumée émanant de l’auto-école. Elle a aussitôt alerté la police. Une fois les dégâts constatés, une enquête préliminaire a été ouverte. Selon le procureur de Lyon, l’homme activement recherché a été interpellé le mardi 30 avril et placé en détention provisoire. Il avait déjà été condamné à plusieurs reprises pour dégradation volontaire de biens d’autrui. Il a comparu le mercredi 1er mai et sera maintenu en détention jusqu’à son expertise psychiatrique, précise le procureur.

à lire également
Stéphane Bouillon
Le préfet du Rhône, Stéphane Bouillon, vient de décréter une fermeture administrative de 3 mois contre l’auto-école Permis Libre. Une décision forte qui arrive dans un contexte déjà marqué par l’affaire PermiGo.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut