Barbarin
©Tim Douet

Affaire Barbarin : une nouvelle plainte contre le cardinal

Une cinquième plainte a été déposée à l’encontre de l’archevêque de Lyon. Elle est l’œuvre de “Pierre”, haut fonctionnaire du ministère de l’Intérieur qui dit avoir été victime d’agressions sexuelles de la part du père Billioud.

Les problèmes ne se sont pas envolés avec la fin du Carême. Bien au contraire. Si la semaine sainte fut l'occasion pour le cardinal Barbarin de retrouver ses fidèles, la suivante est bien plus compliquée. Alors que l'évêché a été perquisitionné dans le cadre de l'enquête préliminaire pour non-dénonciation d'actes pédophiles dans l'affaire Bernard Preynat, une nouvelle plainte a en parallèle été déposée à l’encontre de l’archevêque de Lyon.

Réaction tardive du cardinal

Cette cinquième plainte à l'encontre du Primat des Gaules est l'œuvre de “Pierre”, un haut fonctionnaire anonyme du ministère de l'Intérieur qui dit avoir été victime d'agressions sexuelles de la part du père Jérôme Billioud. Les premiers faits auraient eu lieu alors que “Pierre” avait 16 ans, dans la paroisse de la Croix-Rousse, et se seraient poursuivis une fois la victime supposée devenue adulte.

Selon le journal Le Parisien, qui relaye l'information, la plainte viserait Mgr Barbarin mais également "toute personne n'ayant pas pris les mesures nécessaires vis-à-vis de Jérôme Billioud" pour "non-dénonciation d'agressions sexuelles" et mise en danger de la vie d'autrui. “Pierre” reproche au cardinal d'avoir suspendu tardivement le père Billioud. Il affirme avoir prévenu dès 2009 l'archevêque des agissements du prêtre à son encontre, survenus dans les années 1990.

à lire également
De Napoléon à Mitterrand, de Victor Hugo à Einstein ou de Van Gogh à Mère Teresa, l’ancienne journaliste lyonnaise Christine Goguet dévoile une facette méconnue de treize personnalités historiques : celle de leur rapport à Dieu. Et si au fond, l’action des grands hommes avait été influencée, de manière plus déterminante qu’il n’y paraît, par leur […]
2 commentaires
  1. lyon2016 - 31 mars 2016

    Quand on enferme la vérité sous terre, elle s'y amasse, elle y prend une force telle d'explosion, que, le jour où elle éclate, elle fait tout sauter avec elle. Zola

  2. tannhäuser - 31 mars 2016

    Pourquoi ne pas dire que le plaignant masqué n'est autre que le porte-parole du ministère de l'intérieur, à savoir Pierre-Henry Brandet ? Un homme qui avait déclaré nécessaires les violences à l'encontre des manifestants de la Manif pour tous .... L'affaire devient politique. Le plaignant n'aura pas pu garder son masque très longtemps

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut