Aéroport Lyon Saint-Exupéry ©Flora Chaduc

Aéroport Lyon Saint-Exupéry : des contrôles aux frontières plus rapides

Lundi 17 décembre prochain, les autorités inaugurent de nouveaux sas "parafe" (passage automatisé rapide de frontières extérieures) à l'Aéroport Saint-Exupéry. Leur avantage : être cinq fois plus rapides qu'un contrôle aux frontières classique.

Les contrôles aux frontières à l'Aéroport Lyon Saint-Exupéry pourront désormais se faire par reconnaissance faciale. Ce contrôle d'identité nouvelle génération est rendu possible par l'installation de dix sas "parafe" (passage automatisé rapide de frontières extérieures) opérationnels dès aujourd'hui, vendredi 14 décembre. Pour cela, les passagers doivent se munir de leur passeport biométrique, même s'ils voyagent dans l'espace Schengen.

70 % des passagers contrôlés avant l'embarquement

L'aéroport, conjointement avec la police aux frontières, veut ainsi faciliter et rendre plus rapide ce contrôle aux frontières. En effet, depuis quelques années, 70 % des voyageurs sont contrôlés, y compris pour les trajets à l'intérieur de l'espace Schengen. Cet équipement est cinq fois plus rapide que les contrôles classiques. Il remplace les sas à reconnaissance digitale qui avaient été mis en place il y a plusieurs mois.

La mise en place de dix sas complémentaires est prévue au premier trimestre 2019 aux départs et arrivées du satellite du Terminal 1, où sont opérés les vols low-cost. Ainsi, les passagers de 80 % des vols à contrôler pourront à terme bénéficier de ces 20 nouveaux sas. L'aéroport, qui vise les 11 millions de passagers, souhaiter porter à 32 le nombre de nationalités éligibles aux "parafes" : 28 pays de l’Union Européenne dont le Royaume-Uni, ainsi que la Suisse, la Norvège, l’Islande et le Lichtenstein.

À lire également : Aéroport Lyon Saint-Exupéry : 200 millions d’euros investis jusqu’en 2023

à lire également
faits divers
Rues interdites à la circulation à partir de 13h, dispositifs anti-voitures béliers qui pourraient empêcher de bouger son véhicule dans la journée, risques d'incendies... : c'est clairement le mauvais jour pour garer sa voiture dans Lyon. 
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut