Jean-Francois Debat © Robin Favier
© Tim Douet

A45, Lyon-Turin : la région "abandonnée" selon Jean-François Debat

Comme Laurent Wauquiez ce jeudi, Jean-François Debat a critiqué les conclusions du rapport Duron sur la réalisation ou non de certaines grandes infrastructures en France.

"Le Gouvernement va donc très probablement choisir de mettre un terme à des projets structurants pour la région, sans discernement", a regretté l'élu PS. S'il a compris "l'abandon de projets coûteux et non strictement nécessaires (comme l'A45 par exemple)", le maire de Bourg-en-Bresse a dénoncé un "rapport qui ne prévoit ni alternative ni financement compensatoire".

"Nous attendons du Gouvernement un meilleur traitement de la région"

C'est le cas du projet de contournement ferroviaire de l'Agglomération Lyonnaise (CFAL), "qui vise précisément à améliorer l'ensemble du réseau de la région, dont la desserte en TER, soient considérés comme secondaires", mais aussi de la ligne Paris-Orléans-Clermont-Lyon qui a tout bonnement été annulée. "De même, il y a lieu de s'inquiéter du traitement qui est fait des accès français au Lyon-Turin alors même qu'ils ont été conçus comme des leviers déterminants pour l'aménagement du territoire et le développement économique de la région", a ajouté Jean-François Debat.

"Si le Gouvernement suit les préconisations de ce rapport, Auvergne-Rhône-Alpes, 2e région de France, au cœur des échanges européens, se retrouvera amputée des moyens de son développement à moyen et long terme, sans pour autant pouvoir développer les mobilités du quotidien. Nous attendons donc du Gouvernement un meilleur traitement de la région qui, en l'état, est sacrifiée sur l'autel des économies", a-t-il déclaré.

Vers une mobilisation régionale face au Gouvernement

Le président du groupe Socialiste & Démocrate à la région a lancé un appel à Laurent Wauquiez pour "qu'il consacre dès aujourd'hui toute son énergie à préserver les projets qui sont les plus vitaux pour la région et à envisager des alternatives crédibles pour les autres". "Dans ce combat pour l'avenir de notre région, nous serons force de propositions et aux côtés de ceux qui se mobilisent face au Gouvernement pour garantir les intérêts de nos territoires", a conclu Jean-François Debat. En marge de la présentation du projet musée des Tissus, Laurent Wauquiez a lui aussi critiqué la décision du gouvernement la qualifiant de "coup de poignard dans le dos de la région". Le président du conseil régional avait aussi souhaité "fédérer tous les élus régionaux pour avoir une position commune afin de dire qu'Auvergne-Rhône-Alpes ne se laissera pas ainsi abandonner."

à lire également
Si la grève des cheminots ne doit reprendre que mardi soir, le trafic des TER en Auvergne-Rhône-Alpes sera perturbé ce lundi. Les TGV et les intercités ne devraient pas connaître de perturbations. Si le trafic s'effectuera au rythme habituel pour les TGV de l’axe Sud-Est et les intercités, les TER connaîtront eux des perturbations ce […]
3 commentaires
  1. mauduitf - 9 février 2018

    les transports du quotidien, c'est l'amélioration du reseau éxistant, électrification + doublement de St Etienne-Clermont, doublement Aix-Annecy, de St André le Gaz-Chambéry La 2eme ligne lyon-Turin n'apporte rien, l'existante rénovée en 2012 et au gabarti européen GB1 peut déjà transporter 1 million de PL/an et n'est utilisée qu'à 20 trains de fret par jour au lieu de 120 possibles. Les camions sur le rail, tout de suite, pour quelques millions au lieu de milliards, au départ d'Ambérieu, à 7km de l'A40 allant au Mont-Blanc et à 40km des zones logistiques de Lyon On a besoin de travaux utiles, pas de pousser en priorité des projets inutiles qui font légitimement perdre les budgets par la faute de la région.

  2. JPaul - 10 février 2018

    Vous avez raison, il faut mettre un terme aux projets inutiles et trop coûteux et consacrer l'argent du contribuable à des projets qui améliorent les déplacements collectifs ainsi que le transport de marchandises par le rail. Nos routes et autoroutes sont envahis de camions, de plus en plus étrangers, qui traversent notre pays du nord au sud, alors qu'ils pourraient être transportés par le train.

  3. Robes Pierre - 10 février 2018

    toujours les mêmes, leurs sempiternelles litanies , avec en fond de tableau surtout ne pas les troubler dans leurs terriers, laissant au reste de la collectivité d'en absorber les contraintes, comme si l'abandon de 20 km d'un chantier commencé il y a plus de 20 ans, prêt à être relancé, allait modifier la gestion des flux commerciaux décidés par ceux là mêmes qui utilisent routes et autoroutes .

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut