Les élus écologistes lyonnais lors d’une visite de Fabienne Grébert et Yannick Jadot

À Lyon, les écologistes dénoncent le greenwashing de la loi climat du gouvernement

En visite à Lyon pour soutenir la candidature de Fabienne Grébert aux élections régionales, Yannick Jadot, député européen EELV et candidat à la présidentielle, a dénoncé un “quinquennat perdu pour l’écologie” au lendemain de la présentation, toujours à Lyon, de la loi climat et résilience du gouvernement.

La ministre de l’Écologie, Barbara Pompili avait choisi, ce jeudi, de venir présenter sa loi climat et résilience à Lyon, ville devenue symbolique de l’écologie  politique en France après les victoires de Bruno Bernard et Grégory Doucet lors des élections municipales et métropolitaines. Si les deux édiles lyonnais ont participé à une partie de la visite ministérielle, ils s’étaient astreints à un devoir de réserve sur le fond de la loi.

Ce vendredi, au détour d’une visite de Fabienne Grébert, candidate EELV aux régionales et Yannick Jadot, candidat à une candidature présidentielle pour EELV, Bruno Bernard et Grégory Doucet ont livré le fond de leur pensée. “Cette loi aurait été formidable si Jacques Chirac l’avait porté il y a 20 ans. Elle est clairement insuffisante. Elle ne reprend que partiellement les orientations la convention citoyenne pour le climat. Cette loi est basée sur une réduction de 40 % des gaz à effets de serre alors que l’Union européenne va nous demander d’aller plus loin. Nous avons 20 ans de retard”, tempête Grégory Doucet, maire de Lyon. À ses côtés, Bruno Bernard, le président de la métropole pointe lui l’absence de soutien financier de l’État : “Nous avons acheté 34 bus électriques au Sytral et l’Etat ne participe pas”.

“Une faute politique”

Yannick Jadot prend le relais dans cette opération de démontage en règle et chorale de cette loi présentée ce mercredi en conseil des ministres. “C’est une loi de greenwashing qui est dans le déni de l’urgence climatique et le mépris de la convention citoyenne pour le climat. C’est un quinquennat perdu pour l’écologie. C’est une faute politique très lourde”, appuie le député européen qui s’est lancé dans la course à la présidentielle de 2022.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut