Manifestation des chauffeurs Uber
© Florent Deligia

À Lyon, les chauffeurs de VTC protestent contre la politique de Uber

Entre cinquante et cent chauffeurs Uber ont manifesté ce vendredi matin pour protester contre l'augmentation de la marge de l'entreprise américaine sur chaque course.

Entre cinquante et cent chauffeurs Uber ont manifesté ce vendredi matin entre Gerland et la place Bellecour pour protester contre la politique menée par l'entreprise américaine qui avait augmenté ses prix de 15 % et augmenté ses commissions sur les courses à 25 % contre 20 % jusqu'ici. “Malgré la hausse des tarifs, on ne s'y retrouve pas, car on ne fait que des petites courses à 6 euros. Avant il nous restait 4,8 euros maintenant c'est 4,5. Pour l'aéroport avant on gagnait 28 euros, maintenant ce n'est plus que 25”, confie un chauffeur à Lyon Capitale.

“Pour avoir 1500 euros nets à la fin du moins il faut travailler 90 heures par semaine”

Financièrement, le seul moyen pour les chauffeurs d’y trouver leur compte et donc d'accumuler les heures de travail. “On s'est endetté pour la formation et les voitures et pour avoir 1500 euros nets à la fin du moins il faut travailler 90 heures par semaine”, explique l’un d’eux. En réalité la majorité des chauffeurs gagnent entre 1000 et 1500 euros par mois et peinent à joindre les deux bouts. Même les petits services qui faisaient la force de l’expérience client de Uber, ils ne peuvent plus les assurer. “Les bonbons ou l'eau, ça fait deux ans qu'on n'en donne plus, car on ne peut plus financièrement”, regrette un chauffeur. Un autre manifestant prévient que la grogne va s’amplifier et toucher d’autres secteurs de l’économie “ubérisée” : “Dans un an ce sont les UberEats qui manifesteront, vous verrez. On a déjà une victoire, on ne peut plus parler d’ubérisation et faire croire aux gens que c’est quelque chose de cool. Tout ça c’est terminé.

Une délégation de chauffeurs campe actuellement devant la préfecture et attendent le retour du préfet. Pendant ce temps, le business continue pour le géant américain. Loi de l'offre et de la demande oblige, pendant la manifestation, comme il y a moins de chauffeurs en circulation, Uber a multiplié ses prix par 1,6 ce vendredi matin.

À lire aussi sur lelanceur.fr, le témoignage d’un chauffeur Uber : “Uber m’a promis le rêve américain et j’ai voulu y croire”
à lire également
autoroute
Au lendemain d'un samedi "noir", très difficile sur les routes de France et particulièrement aux alentours de Lyon et en région, la tendance est à l’accalmie. Des difficultés sont cependant attendues sur l'A7 dans les deux sens. 
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut