Vu de Lyon
© Tim Douet

Lyon : une forte baisse de l’attractivité pour les investisseurs

Dans son classement annuel de l’attractivité des grandes villes européennes pour les investissements, PwC a rétrogradé Lyon de la 10e à la 21e place. Selon ce cabinet, les investissements lyonnais seraient de moins en moins rentables, principalement à cause de l’augmentation du prix de l’immobilier. Mais la bonne santé de l’économie lyonnaise ne serait pas remise en cause.

La ville de Lyon aurait-elle atteint son pic d’attractivité ? C’est en tout cas l’hypothèse du cabinet PwC, leader mondial de l’audit et du conseil aux entreprises. Dans son classement de l’attractivité annuel, le cabinet a rétrogradé la métropole de la 10e à la 21e place européenne, la plus grosse chute du classement. Un analyste explique cette baisse par un facteur principal : le prix de l’immobilier de plus en plus cher à Lyon rend la ville de moins en moins rentable pour les nouveaux investisseurs. "La ville est devenue beaucoup plus chère que Bordeaux, Marseille ou Toulouse", écrit cet analyste dans son rapport.

La différence de prix entre Lyon et d’autres villes bien plus peuplées et au marché beaucoup plus grand comme Paris, Munich ou Berlin serait devenue trop minime pour que la capitale des Gaules reste aussi attirante que les années passées. Lyon est maintenant classé au même niveau que Birmingham, Manchester, Varsovie ou encore Zurich.

Une économie toujours aussi diversifiée

Toutefois, PwC ajoute dans son rapport que "rien n’a fondamentalement changé dans la puissante et bien diversifiée économie locale". Justement, cette économie, marquée par "la très forte présence d’entreprises locales et françaises" laisserait moins de place à de nouveaux investisseurs. Par exemple, la construction de la nouvelle tour To Lyon dont l’ouverture est prévue en 2022, est financée par des acteurs français déjà bien implantés : la Caisse des dépôts et Amundi, filiale du Crédit Agricole. 75 % de toutes les transactions locales sont réalisées par des acteurs français.

Même si Lyon perd quelque peu de son attractivité internationale à cause d’un prix de l’immobilier de plus en plus élevé, la métropole reste "le second marché français après Paris" et joue un rôle primordial dans le transport européen de par sa position géographique entre l’Europe du Nord et l'Europe du Sud. Les investissements étrangers pourraient baisser dans la métropole sans que l’économie lyonnaise en souffre.

à lire également
Xi Jinping, le jour du vote de la nouvelle Constitution chinoise – Pékin, 11 mars 2018 © Greg Baker / AFP
Dans cette tribune libre, les chercheurs Jean Ruffier et Rigas Arvanitis questionnent le pouvoir économique du nouvel homme fort chinois, qui se compare à Mao Zedong et utilise les mêmes formes d’exercice du pouvoir (culte de la personnalité, contrôle politique et répressif de l’opinion publique et intellectuelle et des voix discordantes). Venu au pouvoir au nom de la lutte contre la corruption, Xi Jinping saura-t-il satisfaire les citoyens du nouveau géant économique mondial qu’est devenue la Chine ?
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut