Les risques “graves” d’explosion du futur EPR

Alors que se tient à Paris, lundi et mardi, une conférence internationale sur l’accès au nucléaire civil, le réseau Sortir du nucléaire, publie des documents confidentiels internes à EDF sur les risques d’accident majeur de la conception de l’EPR. Un projet de GDF Suez serait en cours dans la vallée du Rhône.

Il s’agit de sept documents, la plupart émanant du Service études et projets thermiques et nucléaires, basé à Villeurbanne, de la direction production ingénierie d’EDF. Tous ces documents sont internes à EDF, donc confidentiels. Mais le réseau Sortir du nucléaire, collectif de près de 900 associations anti-nucléaires, les dévoile aujourd’hui, alors que s’est ouverte, ce lundi matin, une Conférence internationale sur l’accès au nucléaire civil. La conférence, organisée par le ministère de l'Ecologie, en collaboration avec le ministère des affaires étrangères et l’AIEA (Agence internationale de l’énergie atomique) sous le haut patronage de Nicolas Sarkozy, entend “promouvoir l’usage pacifique et responsable de l’énergie nucléaire”.

Explosion de type Tchernobyl
Pourtant, ces documents démontrent, noir sur blanc, que la conception de l’EPR implique un “sérieux risque d’accident”. Plus précisément, un accident “d’éjection de grappes”. “Les grappes servent à contrôler la puissance du réacteur, à le piloter ” explique Marc Saint-Aroman, administrateur de Sortir du nucléaire. Elles sont à la fois l'accélérateur et le frein. L'accident d'éjection de grappes peut donc se comparer au blocage de l'accélérateur, à fond” précise ce spécialiste.

Conclusion : emballement du réacteur, le combustible se brise et la machine rejette des vapeurs radioactives. Dans ce cas, l'hypothèse la plus probable est l’explosion de type Tchernobyl. “Ce risque extrêmement grave est connu depuis des années, explique Charlotte Mijeon de Sortir du nucléaire. Les ingénieurs n’ont toujours pas trouvé de parade à ce mode de pilotage choisi alors que l’EPR est en cours de construction en Finlande ou à Flamanville !” . Et Marc Saint-Aroman de conclure : “ Les Finlandais qui ont acheté un EPR à EDF et dont la construction est en cours, ont été floués ! Ce réacteur est inexploitable sans de notables impasses sur la sûreté”.

Projet de réacteur nucléaire en Rhône-Alpes
Et dans la vallée du Rhône, on a appris récemment qu'un projet de construction de nouveau réacteur nucléaire était dans les cartons (sur demande écrite de Gérard Mestrallet, le PDG de GDF Suez, fin février, pour une localisation dans la vallée du Rhône). Selon la fédération CGT Mines-Energie, l'Etat aurait même donné son feu vert au projet du nouveau concurrent d'EDF : "il semble que le gouvernement, par une décision prise au dernier comité interministériel sur le nucléaire, aurait accédé à cette demande, très stratégique et très politique", affirmait jeudi 4 mars le syndicat. Une information immédiatement démentie par l'Etat.

Et la CGT de poursuivre : "la décision aurait été largement poussée par le Directeur de cabinet de Jean-Louis Borloo, Jean-François Carenco. Coïncidence ? Ce dernier est annoncé comme futur PDG de la CNR (Compagnie nationale du Rhône), dont l'actionnaire principal est.... GDF-Suez". L'entreprise a démenti elle aussi, toujours selon l'AFP, avoir pour projet de nommer François Carenco à la tête de la CNR.

Affaire à suivre ...

à lire également
A Lyon, les activistes de l'organisation ANVCop21 ont rencontré des salariés des agences locales de la Société Générale. Cette initiative vise à les sensibiliser sur le soutien apporté par leur employeur au financement du gaz de schiste. La 24e Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, autrement dit la […]

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut