Thierry philip©TD
© tim douet

“La situation risque d’être explosive d’ici trois mois”

3 questions à Thierry Philip, président du groupe d’opposition (PS) au conseil général du Rhône.

Lyon Capitale : Comment avez-vous découvert ces emprunts toxiques ?

Thierry Philip : J’ai demandé, lors de la séance du mois de juin du conseil général, que l’exécutif me communique les contrats de prêts. Je n’ai pas eu de réponse. Puis j’ai saisi la commission d’accès aux documents administratifs (CADA), et là le conseil général m’a fourni les pièces. Je peux donc vous dire que le montant des prêts structurés est de 465 millions d’euros, dont 396 millions sont toxiques. J’ai pu dresser un état des lieux de la dette structurée du conseil général. Et cet état des lieux est très préoccupant.

Y a-t-il des surcoûts ?

Je viens de recevoir ces documents, des experts financiers travaillent encore dessus. Mais les premières estimations mettent en lumière un surcoût de 100 millions d’euros. Et nous sommes dans la fourchette basse. Il y a quatre mois, Michel Mercier nous avait annoncé un surcoût de 30 millions d’euros. Mais ce chiffre est erroné.

Quand arrivent-ils à échéance ?

Certains prêts ont basculé en période variable cette année, les autres en 2012. La situation risque d’être explosive d’ici trois mois. Les emprunts vont plomber les comptes du conseil général. Malheureusement, l’exécutif s’est fait avoir par Dexia ; ils n’ont rien vu venir. Et aujourd’hui on se retrouve avec des sommes astronomiques. Si le président a envoyé une lettre à Dexia, c’est qu’il a des inquiétudes…

à lire également
Collomb et Mercier
Dans une tribune, Martin Vanier et Daniel Béhar, de l’École d’urbanisme de Paris, ont critiqué la création de la métropole de Lyon et les conséquences que celle-ci entraînera.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut