Il faudrait 82,5 milliards d’euros pour acheter Lyon

Patrice de Moncan, historien et économiste parisien s’est amusé à chiffrer la valeur de sept villes françaises. Dans son livre, Que vaut Lyon ?, il détaille les statistiques qui lui ont permis de donner une valeur à la capitale des Gaules. 82,5 milliards d’euros, c’est l’estimation donnée par Patrice de Moncan, aidé par la FNAIM (Fédération nationale de l’immobilier)

Calculs un peu fantaisistes, mais données intéressantes. L’économiste parisien, Patrice de Moncan, s’était déjà penché sur le cas de six villes françaises avant de porter son regard sur la ville aux deux collines. Paris, Marseille, Strasbourg, Nice, Nantes, Bordeaux et désormais Lyon, les grandes métropoles françaises sont passées au peigne fin.

Fourvière vaut 335 millions d’euros

Après Paris, mais avant Marseille, la ville de Lyon serait la plus riche de son patrimoine. Une richesse économique qu’a estimé Patrice de Moncan. Parmi tous les monuments historiques de la ville, il a choisi d’apprécier la valeur économique de la basilique de Fourvière. Pour ceux qui voudraient s’offrir une villa avec vue imprenable sur Lyon, il faudrait débourser pas moins de 335 millions d’euros. Pour le Théâtre Antique, avis aux plus aisés ! Il est estimé selon l’économiste à 496 millions d’euros. Enfin, le Palais de la Bourse est plus accessible, puisqu’il ne vaut que 55,7 millions d’euros. "Ces estimations-là ne rentrent pas dans la valeur que l’on donne d’une ville, parce qu’évidemment elles ne peuvent pas être la vraie valeur", s’amuse l’auteur de Que vaut Lyon ?, Patrice de Moncan. Évidemment, rien de tout ça n’est à vendre. "L’idée, c’est surtout de dresser un comparatif entre les grandes métropoles, pour avoir une idée," explique Alexandre Schmidt, président de la FNAIM.

Commerces, logements… Que valent-ils ?

Patrimoine, certes, mais aussi logements ! Avec la FNAIM, Patrice de Moncan a recensé tous les logements lyonnais, près de 300 00, dont la totalité de la valeur est évaluée à 66,6 milliards d’euros. L’écrivain relève une particularité que la capitale des Gaules partage avec la capitale de France, une part de logements moindre comparée à celle des bureaux. Il estime à 14 % la proportion de bureaux à Lyon, et 20 % à Paris. L’ensemble des offices lyonnais vaudrait quant à lui pas moins de 11,4 milliards d’euros.

Mais alors, à qui appartient Lyon ?

À tout le monde, et à personne en même temps ? Patrice de Moncan a ausculté les propriétaires d’immeubles pour établir le constat suivant : 54,9 % des immeubles appartiennent à des copropriétés, dont 70 % sont des personnes physiques et 30 % des personnes morales). "On se rend compte que la part de copropriétés est très importante. Et ça permet de relativiser, quand on a l’impression qu’il y a des logements sociaux de partout, en réalité, pas tant que ça", souligne le président de la FNAIM.

à lire également
La Fédération nationale de l’immobilier avait proposé de mettre en place un fichier regroupant ceux qui ne payaient pas correctement leur loyer. Le projet largement décrié vient d'être mis en pause. 
Faire défiler vers le haut