Georges Fenech
© Tim Douet

Georges Fenech interpelle Nicolas Hulot au sujet de l’A45

Hier, en fin de journée, le député LR du Rhône a adressé à Nicolas Hulot, nouveau ministre de la Transition écologique et solidaire, une lettre réclamant la suspension du projet de l’A45.

C’est un dossier en chantier depuis de longues années dans la région. Le projet de l’A45, qui vise à désengorger l’A47 saturée par le trafic entre Lyon et Saint-Etienne en lui créant une autoroute parallèle, est au cœur de débats politiques et écologiques depuis 1994. Un appel à candidatures a finalement lancé en 2012 et remporté en 2016 par Alyse, filiale de Vinci Autoroutes pour un coût des travaux estimé à 1,2 milliard d’euros.

Un projet "inutile et coûteux"

À l’heure où le projet n’attend plus que la signature de son contrat de concession, Georges Fenech a lancé un appel à Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire fraîchement désigné, à travers une lettre. Il y qualifie le projet d’"inutile et coûteux" et fait appel à l’expérience écologiste de Nicolas Hulot pour intervenir en sa faveur : "Je ne doute pas que vous aurez à cœur de passer de la parole aux actes, pour défendre des solutions alternatives, moins coûteuses."

Des "solutions alternatives", qui ont été proposées par le passé. La principale consisterait à élargir l’A47, en la requalifiant en autoroute à deux fois trois voies. Une solution "beaucoup moins coûteuse", selon Georges Fenech, puisqu’elle coûterait 240 millions d’euros. Une autre, notamment proposée par Jean-Charles Kohlhaas, conseiller régional, visait à faire de la ligne ferroviaire entre Lyon et Saint-Etienne, une ligne de RER qui reviendrait moins cher à la fois à la région et aux utilisateurs des transports entre les deux villes, et qui polluerait moins qu’une potentielle A45.

Un ouvrage "destructeur de l’environnement"

Georges Fenech a aussi critiqué le coût environnemental du projet de nouvelle autoroute. Sans évoquer le taux de gaz à effet de serre qui serait fortement en hausse avec l’A45, sa réalisation détruirait plusieurs fermes et traverserait un environnement protégé. Un ouvrage "destructeur de l’environnement", écrit l’élu LR dans sa lettre à Nicolas Hulot. Le député de la 11e circonscription -actuellement candidat aux législatives à sa propre succession - choisi donc un autre chemin que Laurent Wauquiez, lui aussi membre du parti Les Républicains, qui avait promis de débloquer 100 millions d’euros pour l’A45, lors de la campagne des élections régionales de 2015.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut