Jeanne au bucher
Capture d’écran

Altercation entre CRS et militants d’extrême droite à l’opéra de Lyon

Pour la dernière représentation ce jeudi de Jeanne au bûcher, mis en scène par Roméo Castellucci à l’opéra de Lyon, une quarantaine de manifestants, militants du GUD ou de l’Action française, se sont présentés avec des fumigènes et des banderoles “Hommage à Jeanne”, avant d’être dispersés par des CRS.

Plusieurs CRS ont été mobilisés ce jeudi pour disperser un groupe de manifestants d'extrême droite devant l'opéra de Lyon. Aux alentours de 19h30, place de la Comédie, le groupe de militants déploie une banderole sur laquelle on peut lire "Hommage à Jeanne". À l'intérieur de l'opéra, le spectacle mis en scène par Roméo Castellucci, Jeanne au bûcher (d’Arthur Honegger, livret de Paul Claudel) doit démarrer pour sa dernière représentation, dans laquelle Audrey Bonnet, l'actrice qui interprète le rôle de Jeanne d'Arc, est mise à nue, au sens propre comme au figuré.

Entre les manifestants et la file de spectateurs de l'opéra, un cordon de CRS a été mis en place. Les manifestants protestent contre une "atteinte à la figure de Jeanne d'Arc", une figure historique que s'est appropriée l'extrême droite. Les militants tentent de perturber l'entrée du public et d'entrer dans l'opéra, tandis que les CRS repoussent les plus virulents et dispersent le mouvement avec des bombes lacrymogènes.

L'altercation n'aura duré que quelques minutes, aucune interpellation n'a eu lieu et le spectacle a démarré à l'heure, rapporte Le Progrès. Le lendemain matin, Antoine Meillés, conseiller régional FN, ne fait pas d'allusion à la manifestation, mais s'exprime sur Twitter, considérant que le spectacle de Roméo Castellucci est "ignoble et dénature gravement l'œuvre originale de Claudel". Le GUD de Lyon n'a en revanche pas hésité à mettre en avant l'altercation entre ses militants et les CRS en vidéo, estimant que la "violence policière les a retenus pour bloquer l'accès à l'opéra".

à lire également
Ce lundi, la CGT cheminots a manifesté devant les locaux du Progrès à Lyon. Ils estiment que les articles de la rédaction à leur égard desservent leur cause. “Le Progrès, menteur, collabo” a été inscrit au pied de la porte d'entrée du bâtiment.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut