82 écoles bloquées dans le Rhône par les parents d'élèves

Ce vendredi matin des parents d'élèves ont occupé pas moins de 82 écoles, selon le collectif des parents d'élèves du Rhône. Ils protestent toujours contre les réformes engagées par le ministre de l'Education nationale, qui prévoient notamment des suppressions de postes et de l'accueil des enfants à partir de deux ans.

A Lyon, mais aussi Villeurbanne, Rillieux-La-Pape, Vénissieux, Vaulx-en-Velin entre autres, les écoles maternelles et primaires ont été bloquées par les parents d'élèves. Installés dans les bureaux des directeurs, leur action consistait à faire connaître les revendications à l'académie du Rhône, notamment par l'envoi de fax et des coups de téléphone. Leur souhait : Obtenir au plus vite des rendez- vous auprès des inspecteurs de l'éducation nationale. On retiendra l'intervention de la gendarmerie, sur ordre de l'inspecteur d'académie, dans une école de Rillieux-La-Pape. Les forces de l'ordre ont constaté le blocage et pris en compte les revendications des parents d'élèves.

Pour le collectif des parents d'élèves du Rhône, le bilan de cette action est positif : "Les parents sont de plus en plus sensibilisés au mouvement". Le collectif des parents d'élèves du Rhône promet de durcir son action si les réformes ne sont pas retirées : "Tant que Darcos ne reviendra pas en arrière, on continuera". Les parents d'élèves dénoncent toujours les suppressions de postes, de l'aide personnalisée aux enfants qui en ont besoin (RASED), et de l'école dès deux ans. Le projet de création d'un EPEP (établissement public d'enseignement primaire), est aussi très contesté : "Ce projet est de nommer un directeur pour plusieurs écoles, ce qui signifie aucune pédagogie, juste une personne pour gérer le budget".

Un rendez-vous est d'ores et déjà fixé pour demain, à l'INSA, où se tiendra une assemblée générale. La manifestation du 29 janvier sera aussi l'occasion pour le mouvement de faire entendre sa voix.

Voir notre précédente vidéo sur le sujet

Annie-Laurence Ferrero

à lire également
Nicolas Simiot © Antoine Merlet
À l’approche de la mobilisation du 5 décembre, Lyon Capitale a rencontré Nicolas Simiot, enseignant villeurbannais élu du syndicat SE-Unsa. Réforme des retraites, Gilets jaunes, Stylos rouges, laïcité, mais surtout rôle de l’école…, ce professeur des écoles au parcours atypique n’élude aucun sujet, bien décidé à ne pas attendre “que l’eau boue” pour réclamer que l’on “change de logique”. Notre entretien “Grande gueule” de décembre.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut