Capture d’écran 2016-06-24 à 14.45.42
©Tim Douet

46 commissaires et 66 lieutenants de police diplômés cette année

La cérémonie de sortie des nouvelles promotions des commissaires et des lieutenants de police s'est tenue ce matin à Saint-Cyr-au-Mont-d'Or en présence du ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve.

Les 46 nouveaux commissaires de police de la 66 ème promotion "Philippe Massoni" se sont vus remettre ce matin leurs diplômes. Le major de la promotion de cette année s'est également vu remettre une épée. Dix de ces commissaires sont des femmes, le reste sont des hommes. Cette 66 ème promotion rend hommage à Philippe Massoni, célèbre préfet de police. Après 1968, il devient le spécialiste de la lutte contre l'extrême gauche, parmi lesquels le groupe armé "Action directe". Auprès de Jacques Chirac, puis de Raymond Barre, il sera l'homme de l'antiterrorisme en tant que directeur central des renseignements généraux français pendant huit ans dès 1986. Les commissaires de la promotion de cette année seront très bientôt affectés sur tout le territoire. Certains d'entre eux, tout comme les lieutenants, commenceront leur fonction dès la semaine prochaine.

Une promotion en hommage aux policiers tués lors de l'attentat contre Charlie Hebdo

Soixante-six nouveaux lieutenants de police ont également reçu leur diplômes à l'école Nationale supérieure de Police de Saint-Cyr au Mont d'Or ce matin. La promotion "Franck Brinsolaro et Ahmed Merabet" est composée de 44 hommes et de 22 femmes. Cette 20 ème promotion des lieutenants de police porte les noms des deux policiers tués lors des attentats contre Charlie Hebdo le 7 janvier 2015. Franck Brinsolaro avait trouvé la mort dans la rédaction du journal auprès du dessinateur Charb. Le gardien de la paix Ahmed Merabet sera assassiné un peu plus tard, en pleine rue, pendant qu'il faisait sa garde dans le quartier. Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a passé les troupes en revue. Le préfet du Rhône, Michel Delpuech, a assisté à la cérémonie, tout comme le directeur général de la police nationale. Un diplôme technique a également été remis à des stagiaires venus des Emirats. La cérémonie s'est également faite en présence de 15 officiers de police de pays partenaires, présents à l'école nationale supérieur de police des Monts du Lyonnais depuis le mois de septembre dernier. (Bénin, Brésil, Burkina Faso, Cameroun, Chine, Congo-Brazzaville, Côte d'Ivoire, Guinée Conakry, Liban, Ile Maurice, Mali, Niger, Sénégal, Togo et Tunisie.)

à lire également
Par son histoire troublée et son mélange social singulier, la Guillotière – “de l’autre côté du pont” comme on dit localement – a toujours cristallisé autour d’elle un imaginaire collectif et alimenté les fantasmes de foyers d’infection, de rébellion ou de clandestinité. Pour autant, ces arrêts sur image que le quartier montre à voir se confondent parfois, de plus en plus souvent même, avec des réalités bien tangibles. La crise a-t-elle été amplificatrice des difficultés du quartier de la Guillotière ? Qu’a-t-elle révélé sur ce territoire qui déchaîne toutes les peurs et les désirs ? Répondre à ces questions n’est pas aisé sans faire d’amalgames et sans alarmer une population un peu désemparée.
Faire défiler vers le haut