Entretien avec Nicolas Le Bec, deux-étoiles au Michelin

Ceci dit, les prix n'augmenteront pas. La deuxième étoile apportera éventuellement plus de régularité dans le nombre de couverts : les dix jours de l'année où seulement la moitié du restaurant est plein, ça permettra peut-être de les combler. Je suis heureux pour mon équipe qui a beaucoup travaillé et qui y a cru, mais pour moi, cette distinction ne change rien. Je n'ai plus de sentiment par rapport à ce genre de choses.

Confirmez-vous ce que vous nous aviez dit, il y a quelques mois : "une note ou une étoile, la plupart des gens s'en contrebalancent" ?
Oui, je n'ai pas changé de principe. Mais c'est vrai que pour la partie business, ça a un impact important. Après, il faut bosser et avoir de l'audace.

Vous désolez-vous aussi encore de la facilité dans laquelle est tombée la cuisine d'aujourd'hui ?
Je le pense toujours. Quand on a mis trois-étoiles en Espagne (ndlr à Ferran Adria, El Bulli), toutes les caméras ont été braquées là-bas. Les gens se sont dit : "mince ! c'est ça qu'il faut faire pour avoir trois étoiles". Il faut rester soi et ne pas oublier les trois règle en cuisine : le produit, l'assaisonnement et la cuisson. Après, on aime ou on n'aime pas. Le principal est d'essayer de faire bien.

Propos recueillis par Guillaume Lamy

à lire également
Marc Veyrat
Dans un entretien qu'il a accordé à Lyon Capitale, le chef haut savoyard Marc Veyrat revient sur son retrait "catégorique" du guide Michelin, sur "l'incompétence" et "l'amateurisme" des inspecteurs, sur le terroir, sur son "grand ami" Paul Bocuse, sur le fait qu'il a envisagé de mettre fin à ses jours. Interview uppercut.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut