OL : la fulgurante ascension de Samuel Umtiti

En l’espace d’un an, Samuel Umtiti, 19 ans, formé à l’OL, a fait sa place au sein de l’équipe professionnelle. Portrait d’un défenseur couvé par sa famille, aux ambitions cachées.

Il y a un an, Rémi Garde avait vu juste. En raison des absences combinées de Lovren et Cris sur blessures, l’Olympique lyonnais est à la recherche d’un défenseur central. Le club rhodanien décide de mettre la main au portefeuille, mais, contre toute attente, Garde s’y oppose. Explications du principal intéressé : “Lyon recherchait un défenseur central, et j’avais pris position en disant à mes dirigeants que ce n’était pas la peine d’aller dépenser de l’argent alors qu’au club il y avait des jeunes comme Samuel Umtiti, qui étaient pleins d’avenir”, se remémore-t-il. 
Un an après, les faits ont donné raison au technicien de l’OL. Samuel Umtiti, qui a débuté au FC Ménival (Lyon 5e), a immédiatement bluffé son monde, tant il a répondu présent au sein de l’arrière-garde lyonnaise. Sérieux, appliqué et rigoureux, le natif de Yaoundé (Cameroun) a marqué le terrain de son empreinte. “Je ne pensais pas jouer aussitôt au plus haut niveau, explique celui qui a inscrit son premier but en pro à Troyes (1-2), le 12 janvier dernier. Le club et le coach m’ont fait confiance. J’ai su montrer que je pouvais répondre à leurs attentes.” Et de compléter : “En un an, j’ai beaucoup progressé. Sur ce début de saison, j’ai le sentiment d’avoir franchi un cap.” Son entraîneur valide sans hésiter : “Samuel a joué et a été bon. Je ne suis pas surpris qu’il exploite son potentiel aujourd’hui. Il a encore une marge de progression importante et intéressante.”

Choyé par sa famille

Sous contrat jusqu’en juin 2015, Samuel Umtiti, dernier d’une famille de quatre enfants, détonne par sa maturité et son air détaché vis-à-vis de tout ce qui lui arrive. Une posture qui ne surprend pas l’un de ses meilleurs amis, Sébastien Flochon, footballeur lui aussi à l’OL, en CFA : “Sam, c’est un mec sain. Il ne se prend pas pour un autre. Je suis persuadé qu’il ne changera pas. Je connais sa mère, elle est détachée de ce milieu du foot. Je me souviens qu’à la maison Samuel, comme son frère et ses sœurs, devait participer aux tâches quotidiennes. Elle leur a inculqué de véritables valeurs.” Une maman aimante, personnage central de la construction psychologique du défenseur lyonnais. “Notre mère nous a élevés de manière simple, souffle Yannick, 27 ans, le frère aîné de Samuel. Je peux vous assurer qu’à la moindre incartade il y aura du monde pour lui botter les fesses. La parole de notre mère est précieuse, il sait qu’il ne peut pas faire n’importe quoi.” Yannick, infirmier de profession, vit en colocation avec son petit frère. Le succès soudain après une année pleine de promesses ne semble donc rien changer au quotidien de son cadet. “Je suis confronté à la souffrance humaine, j’essaie de faire partager mon quotidien à Samuel afin qu’il reste ancré dans une certaine réalité”, confie Yannick Umtiti.

Ambitieux et fidèle en amitié

Conscient qu’il a de la chance d’être bien entouré, Samuel Umtiti ne semble pas dupe d’un milieu du football enclin à de nombreuses dérives. “Je sais qu’il y a certains entourages qui ne favorisent pas l’intérêt du joueur, soupire-t-il. J’ai cette chance que ça ne soit pas mon cas. Je joue au foot pour le plaisir.” Et de poursuivre, en dévoilant quelques traits de sa personnalité : “Je suis plutôt timide. J’aime être discret, ne pas me montrer. Depuis que j’ai intégré l’équipe pro, j’ai un peu coupé au niveau de l’enrichissement intellectuel (sourire), mais je me suis fixé de nouvelles résolutions. J’aimerais lire davantage et reprendre mes cours. Je ne sais pas encore dans quel domaine.” S’il fait partie intégrante du groupe pro, le jeune défenseur n’a pas changé ses habitudes. Il n’est pas rare de le croiser à Tola Vologe ou dans les rues de Lyon en compagnie de sa bande d’amis composée d’anciens coéquipiers de l’équipe réserve. “J’ai besoin de les voir, confie-t-il, de savoir s’ils vont bien. Ils aimeraient sûrement être à ma place et je me mets aussi à la leur. Je ne veux pas changer ma façon d’être. Ce sont mes potes.”

Sébastien Flochon peut en attester. Le milieu de terrain qui joue en CFA a vu son ami devenir professionnel avant lui. “Je le connais depuis l’âge de 5 ans, on a grandi ensemble. C’est mon ami d’enfance, je suis fier et en aucun cas je ne le jalouse. On en a déjà parlé ensemble, il le sait, je l’envie car, comme n’importe quel jeune de la CFA, notre souhait le plus cher est d’intégrer l’équipe pro.” Un objectif déjà atteint par Samuel Umtiti, qui ne veut pas en rester là : “Je sais ce que je fais et où je veux aller.” Alors, forcément, on souhaite en savoir davantage. “Sam” a-t-il un plan de carrière bien établi ? “J’ai des rêves et des envies. J’ai des objectifs sur le long terme, mais permettez-moi de ne pas les dévoiler”, répond-il avec un sourire. On l’aura compris, Samuel Umtiti risque de faire encore beaucoup parler de lui. Uniquement d’un point de vue sportif... Sa maman veille au grain.

à lire également
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut