Thomas Fabius : le flambeur met le feu au Rocher

L’affaire de la dette de jeu du fils Fabius sème le trouble à la Société des Bains de mer. Et la justice française ne lâche pas la piste du blanchiment.

Une scène surréaliste s’est déroulée voici quelques jours à Monaco, à l’occasion de l’assemblée générale de la Société des Bains de mer. Face à face : le président délégué de la SBM, Jean-Luc Biamonti, et un petit porteur belge très remonté contre l’affaire Fabius. Et on le comprend. Depuis quatre ans en effet, la SBM connaît de grosses difficultés financières. Elle n’a pas versé le moindre dividende à ses actionnaires. Alors, imaginer que d’un revers de manche la direction ait pu effacer une dette de jeu de 700 000 euros ne pouvait qu’irriter des actionnaires qui avalent de travers les chiffres noirs : perte de 51 millions sur le dernier exercice, moins 15 millions de chiffre d’affaires pour les jeux… Visiblement gêné face aux questions de notre porteur, le président eut une réponse péremptoire : “Nous n’effaçons pas les dettes de jeu, nous ne l’avons jamais fait et nous n’avons pas l’intention de commencer.”

Affaire d’État

Ce que l’on baptise ici “affaire Fabius” sonne désormais comme une affaire d’État. Ou plutôt d’État dans l’État, car la SBM est le principal moteur de l’économie locale. À Monaco, on chouchoute les meilleurs joueurs, on les invite au “trou”, une salle réservée dans le casino de Monte-Carlo pour les fortunes les plus dépensières sur le tapis vert. La SBM paie chambre d’hôtel, avion, restaurant et autres petits extras. Parmi ces VIP du jeu figurait en 2011-2012 un certain Thomas Fabius. Le roi de la flambe aurait perdu près de 1,9 million d’euros en juillet 2012, date qui marque sa dernière apparition sur le territoire de la Principauté. Information qui demeure à confirmer.

Jadis persona grata, Thomas Fabius est voué aux gémonies princières depuis que deux magistrats du pôle financier de Paris – Roger Le Loire et René Cros – ont lancé une commission rogatoire pour élucider cette affaire des 700 000 euros et tenter d’identifier l’origine des fonds dépensés par le fils du ministre des Affaires étrangères. Condamné en juin 2011 pour “abus de confiance”, Thomas Fabius est désormais visé par une instruction pour détournement de fonds et blanchiment après avoir acquis à Paris un appartement de 285 m2 au prix de 7 millions d’euros. Problème : il n’est pas imposable.

Thomas Fabius jouait les seigneurs

La piste monégasque n’en prend que plus d’importance. Y a-t-il eu ou non effacement de dette de jeu ? Pour tenter d’en savoir davantage, les policiers français ont procédé à l’audition le 19 septembre d’un haut cadre de la SBM. D’après certaines sources, il semble qu’après avoir bénéficié à plusieurs reprises des largesses de la Société de financement et d’encaissement (SFE) qui ouvre des lignes de crédit aux joueurs, Thomas Fabius se soit engagé à ne plus recourir à cet organisme. Malheureusement, la “bourde” d’un inspecteur inexpérimenté lui aurait permis de jouer 700 000 euros sans apporter de garantie… Hâbleur, fringant et bruyant dans les salles de jeux, le “fils de” avait coutume de jouer les seigneurs. Il n’hésitait pas à lancer d’imposants pourboires au personnel, jusqu’à une plaque de 50 000 euros laissée un jour aux croupiers, avec ces mots pleins de suffisance : “Mesdames et messieurs, vous allez assister au plus gros pourboire jamais donné aux valets.” On peut comprendre qu’un cadre ait pu se laisser abuser.

Jeu… de mots à Monaco

Du côté du gouvernement monégasque, on s’attend d’ici quelques semaines à une perquisition au sein du département des finances, qui supervise les activités de la SBM. Le ministre d’État Michel Roger a d’ores et déjà ouvert le parapluie en s’exprimant dans les colonnes de Monaco Hebdo. Celui qui est l’équivalent de notre ministre de l’Économie et des Finances évoque “une affaire interne au casino et purement française”.

S’il n’existe pas d’effacement de dettes à proprement parler, il est en revanche prévu des “remises sur pertes” pour les plus gros montants et les plus gros joueurs. À Monaco, on sait manifestement jouer aussi sur les mots.

à lire également
La délégation France 2023 en compagnie de Yann Cucherat
Les villes et les métropoles qui vont accueillir, en 2023, la Coupe du monde de rugby se disent marginalisées dans l'organisation proposée par la Fédération française de rugby. Elles ont alerté, par le biais d'un courrier, le Premier ministre Edouard Philippe.
7 commentaires
  1. bobibobi - 27 septembre 2013

    Cette affaire est une des plus mystérieuses qui soit. Article bien documenté et sources originales. Bravo. Les casinos ont en fait pour fonction le blanchiment. La mafia italienne se sert des casinos. L'affaire Fabius fait soupçonner qu'il n'est pas un ces pigeons de joueurs mais un initié.. Autre question :'dette de jeu, dette d'honneur' certes, mais sans action en justice possible puisque fondée sur un contrat immoral, le contrat de jeu. On comprend que les casinos jouent gros ..

  2. LYOCAL - 29 septembre 2013

    Le fils Fabius plus riche que le père. 10 5 2013 le jeune (qui ne paie pas d'impôt sur le revenu alors qu'il est résident fiscal en France) a prétendu au magazine *** qu'il avait obtenu un emprunt bancaire (assorti d'une garantie sur des oeuvres d'art de papa ?)

  3. LYOCAL - 29 septembre 2013

    Le jeune (31 ans) Thomas Fabius s'est offert, pour 7 millions d'euros, l'ancien appartement de ***** *** (280 mètres carrés à Paris, dans une avenue très chic), pour 7 millions €. Certains parlent de 'gains au jeu' ?

  4. LYOCAL - 29 septembre 2013

    Le 'repris de justice' (condamné en 2011 pour une affaire d'abus de confiance) roule sur l'or !!

  5. Electeur - 4 octobre 2013

    Minable, je saurai m'en souvenir lors des prochaines élections.

  6. raoul tartaix - 16 octobre 2013

    Electeur, si tes convictions politiques reposent sur de tels amalgames entre père et fils, tu vas rapidement finir sous la mamelle de la grosse blonde !

  7. Electeur - 29 octobre 2013

    Cher Raoul, quand un père n'est pas capable d'inculquer les valeurs qu'il prône à autrui à son propre fils, permettez moi (je ne vous tutoie pas) de douter de ses capacités à diriger un pays. Quand à la grosse blonde je ne vois pas de qui vous voulez parler, sans doute une de vos proches amies.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut