Quand Collomb enguirlande un magistrat

Gérard Collomb s’est fait remarquer dimanche, lors de la soirée électorale à la préfecture. Le maire de Lyon s’est emporté contre le président du bureau de vote, Benoît de Charry, qui est aussi le premier vice-président du TGI de Lyon. Un témoin rapporte une attitude “injurieuse” du maire de Lyon à l’encontre du magistrat. Ce dernier nous confie ne pas s’être senti “insulté”, mais évoque une attitude peu “conciliante”.

Scène surréaliste à la préfecture, dimanche après-midi, lors des élections sénatoriales. Alors que les communistes se font chiper un siège de sénateur pour cinq voix par l'UMP, Gérard Collomb débarque furieux auprès du président du bureau de vote. Il demande le recompte des voix. Ce faisant, il pique dans les salons feutrés de la préfecture l'une de ses célèbres colères.

Une personne présente aux côtés de Gérard Collomb à ce moment-là raconte la scène : "Il était entouré de ses collaborateurs et il était très énervé. Il a demandé au président du bureau de vote de recompter les voix. Ce dernier lui a dit qu'il n'y avait pas matière à le faire. Gérard Collomb lui a dit : “Mais vous êtes qui, vous ?” Il ne savait pas qu'il avait affaire au premier vice-président du tribunal de grande instance de Lyon. Quand il l'a su, ça ne l'a pas calmé. Il est parti furieux en disant : “Je vais aller voir le préfet, ça ne va pas se passer comme ça.” Il ne l'a pas insulté, mais ses paroles et son attitude étaient très méprisantes. Il ne comprenait pas pourquoi le magistrat lui résistait."

“Gérard Collomb s’est très mal conduit”

Une scène dont Benoît de Charry se souvient bien. "Son attitude ne m'a pas blessé. Je ne l'ai pas eu au téléphone depuis, mais il est possible qu'il ait souhaité me parler. Peut-être le fera-t-il ? Je ne sais pas si son comportement était méprisant, mais c'était un mouvement épidermique. Il n'a pas été très conciliant. Il s'agissait d'une manifestation d'irritation de quelqu'un qui n'avait pas eu dans les urnes ce qu'il attendait. Il a essayé d'obtenir une décision qui n'était pas juridiquement fondée. Il n'a pas été insultant, mais il a essayé d'user d'une autorité qu'il tient de ses mandats. Je suis un magistrat de l'ordre judiciaire, donc j'obéis à la loi. En l'espèce, le recomptage n'était pas envisageable, puisque aucun PV ne faisait état de remarques", nous explique ce mardi le magistrat du TGI.

La scène a marqué toutes les personnes qui en ont été témoins. "Gérard Collomb s'est très mal conduit. Son attitude n'est pas digne d'un parlementaire. Il s'est quand même emporté contre un magistrat de sa ville", estime un député présent.

à lire également
Eau de Lyon – Champ captant de Crépieux-Charmy © Tim Douet
“Corruption”, “trafic d’influence”, “contrats léonins”... Lorsque l’on évoque le marché de l’eau, les qualificatifs ont la vie dure. Pourtant, depuis dix ans, la situation a évolué. À Lyon, la bataille de l’eau aura bien lieu en 2019 et les acteurs sont déjà positionnés sur un terrain largement transformé.
6 commentaires
  1. grandlyonnaise - 30 septembre 2014

    Voilà un comportement bien révélateur du personnage qui nous est relaté par un des rares médias qui 'osent' en faire état autrement qu'avec du cirage de pompes Un magistrat qui n'est pas encore dans la confrérie maçonnique du petit baronnet local ? ça existe ?

  2. Marine - 30 septembre 2014

    Avez-vous bien lu 'je vais aller voir le Préfet' ; et oui son ami de toujours. Avec le Préfet c'est copain/copine. Tu me donnes, je te donne. Autant magouilleur l'un que l'autre.

  3. Collombitude - 30 septembre 2014

    Qu’il ait à faire à un magistrat ou pas, ne change rien à l’affaire, il y aurait des gens que l’on peut insulter et d’autres pas ? Il se comporte en petit dictateur, son statut d’élu lui donnerait tous les droits et même d’en parler à son pote le préfet pour obtenir la décision souhaitée. D’ailleurs, on ne peut s’empêcher de se poser la question, la justice lyonnaise est-elle vraiment indépendante du président de GL ?

  4. Robes Pierre - 30 septembre 2014

    notre magistrat à échappé de peu à une sanction immédiate , à Paris les députés frondeurs ont été mis au banc, en attendant peut être la réouverture des camps d'internement pour les dissidents.

  5. jeanfrancois - 30 septembre 2014

    Comportement bien révélateur du caractère coléreux de ce triste personnage. Cet homme est vraiment détestable.

  6. cormac - 1 octobre 2014

    Hé oui Gégé , n'est pas Deng Xiaoping qui veut!!!

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut