Laurent Wauquiez vend les voitures de la région
©Mathilde Régis

Lyon : “Qui veut acheter une voiture ?” à Laurent Wauquiez

Le président du conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes a convié la presse à admirer une dernière fois 28 voitures dudit conseil. Le 8 septembre prochain, elles seront vendues pour réaliser des économies et changer l’image d’une région “de roitelets locaux qui dépensaient beaucoup l’argent des autres”.

"Alors, qui est-ce qui veut acheter une voiture ?" lance Laurent Wauquiez à son arrivée sur l'esplanade de l'hôtel de région, après avoir serré la main à quelques journalistes. Le hasard fait bien les choses, un homme et sa petite fille sont en train d'observer l'une des 6 berlines vendues par le conseil régional. L'occasion de faire un brin de conversation avec un citoyen et de marquer – face à la presse et aux caméras – le rapport que peut avoir un président de région proche de ses administrés. "Ça va faire un petit peu de sous et faire des économies, n'est-ce pas ?" lance-t-il à un autre homme, qui observe cette fois une Kangoo estampillée “Région Rhône-Alpes”.

Têtes sur fourche versus bonne gestion

Et si le président "normal" qu'a voulu incarner François Hollande avait vendu ses berlines ? Laurent Wauquiez semble en tout cas convaincu que l'opération lui rapportera bonne presse. Après avoir annoncé une réduction d'un tiers du parc automobile du conseil régional lors de sa campagne (50 véhicules), il passe à la seconde vente, prévue pour le 8 septembre. En juin dernier, la première avait rapporté 80 000 euros.

Pour les 28 véhicules présentés aujourd'hui aux potentiels acheteurs – et à la presse –, la région table sur un bénéfice de 100 000 euros. "Le principe est simple : il s'agit de faire des économies et de s'appliquer à nous-mêmes ce que l'on demande aux autres", introduit le président du conseil régional.

Rapidement, il s'attaque aux résultats de l'audit qu'il avait commandé au cabinet Ernst & Young sur la gestion de ses prédécesseurs. "Ça laisse quand même songeur d'avoir une région qui avait 150 voitures et qui en plus recourait à des frais de taxi délirants de 180 000 euros", lance-t-il. "On marche sur la tête. Les gens, quand ils voient ça, ils ont envie de mettre notre tête sur une fourche et ils ont raison. Qu'on soit un peu plus raisonnable et qu'on essaye de retrouver le sens de l'économie et de la bonne gestion", poursuit Laurent Wauquiez.

La “tentation d’être des roitelets locaux”

Le fait d'avoir seulement 100 voitures, plutôt que 150, devrait permettre à la région d'économiser 100 000 euros cette année et 200 000 euros les suivantes. C'est en tout cas ce sur quoi table Laurent Wauquiez et son vice-président aux finances, Étienne Blanc : "Avec 200 000 euros, je fais les frais de sécurisation de deux lycées. Ça vaut le coup." Quant à savoir si les deux lycées pris en guise d'exemple seront équipés de ses fameux portiques de sécurité, Laurent Wauquiez reste évasif : "On en reparle, à la rentrée scolaire on fera un point précis là-dessus."

Il repart de plus belle. "Nous ferons les 75 millions d'euros d'économie promis dès cette année, il n'y aura aucune augmentation d'impôts à la région et nous sommes très attachés à ça, s'engage de nouveau le nouveau président du parti Les Républicains. On montre un autre visage d'une région, car on avait ici une une tentation parfois un peu d'être des roitelets locaux qui dépensaient beaucoup l'argent des autres. C'est l'argent public, et c'est parce que c'est l'argent public qu'on doit être plus économe et moins dépensier. C'est cette ligne qu'on veut maintenant imposer, et un changement d'approche assez fondamental. Je préfère qu'on économise sur le train de vie des élus et que l'argent soit rendu aux habitants de la région."

“Il y a des gens qui sont capables d’être incompétents à plein temps”

Interrogé sur la manière d'adapter son emploi du temps à sa nouvelle fonction de président du parti Les Républicains une année d'élection présidentielle, Laurent Wauquiez a préféré ne pas donner trop de détails. "Les habitants de notre région jugent sur les résultats : qu'est-ce qu'ils voient ? Des élus qui ont baissé leurs indemnités et aucune augmentation de leurs impôts régionaux,ce qui n'était jamais arrivé. Ce sont ces résultats-là qui comptent, qu'ils soient rassurés, la région on s'en occupe, et on s'en occupe très activement. J'ai été vice-président de notre parti, donc il n'y a pas grand-chose qui a changé. La priorité dans mon agenda c'est la région, je l'ai toujours dit."

En réponse à l'opposition, qui l'accuse de gérer la région par mail depuis Paris, Laurent Wauquiez rétorque : "Vous savez, il y a des gens qui sont capables d'être incompétents à plein temps. Il y en a même tout plein dans la politique." Sans avoir cité de noms, Laurent Wauquiez estime sans doute que les principaux intéressés se reconnaîtront.

à lire également
Dès la rentrée 2019, les lycéens de la région Rhône-Alpes n’auront plus à acheter eux-mêmes leurs manuels scolaires. C’est la région qui s’en chargera par le biais d’un achat groupé. Laurent Wauquiez s’est expliqué ce lundi devant des  lycéens et des associations dans un établissement de Rillieux-la-Pape.
5 commentaires
  1. nico-yzfr6 - 29 août 2016

    Le mec il va mettre 1 milliard d'euros dans une autoroute inutile et il nous parle d'économie... Quel tocard, ce mec !

  2. Robes Pierre - 30 août 2016

    Autoroute dont l'utilité n'est plus à démontrer , mais ses délateurs bien évidemment ne prennent jamais l'autoroute, eux.

  3. Robes Pierre - 30 août 2016

    de nombreuses collectivités devraient suivre l'exemple ,les véhicules qui restent en service, hormis les astreintes , regagner les garages municipaux dès la fin du travail.

  4. FEFI - 30 août 2016

    Lui n'a pas besoin de voiture, des emails depuis Paris suffisent...

  5. boby - 30 août 2016

    Il devrait faire une annonce twitter, facebook et une pub 4x3 avec en gros sa tête et un slogan de haut vol comme :'je vends les voitures de la région pour te faire gagner de l'argent'. On peut pas dire que ce genre de méthode publicitaire c'est de l'ultra démagogie populiste pour ramollis du bulbe. Non , on peut pas. Parce que ca reviendrait encore à incriminer le fort peu de recul, de travail et d'analyse (le terme peu est très diplomate) des médias dans le traitement des dépêches et autres infos tombées toutes crues sur leurs bureaux. Et ça, c'est pas possible, c'est pas vrai.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut